GARR

Notre partenaire: Le Groupe d’Appui aux Rapatriés et aux Réfugiés (GARR)

Le GARR travaille avec des rapatriés, des réfugiés, des déplacés internes et des usagers de la frontière. Il intervient dans la capitale (Port-au-Prince), à la frontière avec la République Dominicaine et dans des zones de partance de migrants (Aquin, Léogane pour la migration vers la France).

Les axes d’interventions du GARR sont orientés autour de :

  • le plaidoyer pour changer les pratiques, les politiques défavorables aux migrants
  • L’accueil des migrants
  • L’assistance légale
  • La réinsertion/réhabilitation.

Autour de ces axes de travail, le GARR mène des actions de sensibilisation du public sur la situation des migrants haïtiens dans plusieurs pays par la publication d’information, des prises de position, des recherches ; par des actions de plaidoyer sur un ensemble de sujets qui touchent la vie des migrants (trafic et traite, documentation/état civil, frontière), la préparation de propositions. Il accueille les rapatriés provenant de la République Dominicaine en leur fournissant une assistance humanitaire ; donne un accompagnement légal à des migrants (rapatriés, réfugiés etc.) pour des démarches administratives ou par-devant un tribunal. Il développe des programmes socio-économiques dans des communautés où une forte présence de rapatriés est notée (appui scolaire, activités économiques etc.)

Le partenariat avec le CHF – Jusqu’en 2011, le GARR concentrait son action sur la migration haïtienne vers et depuis la République dominicaine. Il a souhaité élargir son champ d’action et son réseau d’informations sur la situation des migrant-e-s haïtien-ne-s présent-e-s sur le territoire français. C’est ainsi qu’est né le partenariat officiel avec le Collectif Haïti de France. Les deux organisations entretenaient des liens d’amitié et d’échange depuis une dizaine d’années déjà.
A partir d’avril 2011, ce partenariat s’est concrétisé par l’envoi d’une juriste française auprès du GARR. L’objectif du travail concerté du GARR et du CHF est de participer à l’amélioration de la situation des Haïtien-ne-s vivant sur les territoires français, grâce à une approche par les droits. Le but est ainsi de permettre aux migrant-e-s haïtien-ne-s d’avoir connaissance de leurs droits et de pouvoir les revendiquer et les défendre.

www.garr-haiti.org
69, rue Christ Roi
Port-au-Prince, Haiti
Tél. : + 509- 7-22-38-33

Patenarya ak CHF – pou jouk lane 2011, GARR te konsantre aksyon l yo sou migrasyon ayisyen antre, soti Sendomeng. Li te swete elaji chan aksyon l ak rezo enfomasyon l yo sou sitiyasyon migran ayisyen ki prezan sou teritwa franse a. Se konsa patenarya ofisyèl ak CHF la te koumanse. 2 òganizasyon yo te gentan tabli yon rapò zanmitay ak echanj depi 10 lane deja. Apati Avril 2011 patenarya sa te pran jarèt gras ak yon jiris franse yo te vin voye nan GARR. Objektif travay konsète GARR ak CHF la se patisipe nan amelyorasyon sitiyasyon ayisyen ki vivan sou teritwa franse a, gre mesi ak yon apwòch jiridik. Nan sousi tou pou pèmèt emigran ayisyen yo genyen yon konesans sou dwa yo epitou pou yo kapab revandike ak defann li.


Vous cherchez des informations sur vos démarches administratives en France ?

Prenez connaissance d’informations précises dans notre rubrique ‘ Les droits des Haitiens en France’

Projet d’appui aux migrants haitiens

Pour le respect des droits fondamentaux

Dans le cadre du partenariat avec le GARR, Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés, le Collectif Haïti de France, travaille sur les questions d’état civil en lien avec l’immigration.

En effet, un des volets du projet concerne la sensibilisation de la population haïtienne, qui est en lien avec la France et plus spécifiquement avec la Guyane (territoire où les migrants haïtiens sont le plus nombreux), aux démarches réglementaires liées à l’état civil haïtien (grandement détérioré par le séisme) et plus largement la sensibilisation au droit à l’identité.

A l’initiative de cette opération, ce trouve le constat suivant : un grand nombre d’Haïtiens sur les différents territoires français (métropole et territoires d’Amériques) rencontrent de nombreuses difficultés à propos de leurs documents d’état civil pour faire valoir leur droit à un séjour stable et digne.

Cette situation des migrants, face à la mauvaise gestion de leur état civil, renvoie de manière plus générale à la question du rapport de l’individu haïtien, à l’État et aux administrations. Il est à noter sur ce point que d’une part, les migrants haïtiens demeurent dans des schémas de négociations, notamment dans les démarches administratives, du fait de leur défiance par rapport au système judiciaire et administratif. Cette attitude s’explique par le fait qu’en Haïti, l’État de droit n’est pas respecté et les administrations paraissent peu fiables aux yeux de la population. Et il est permis de rappeler qu’en Haïti, de nombreuses personnes, notamment en milieu rural, vivent sans document d’identité et que le Groupe d’Appui aux Rapatriés et aux Réfugiés (GARR) cite le nombre d’un million de personnes dépourvues d’état civil.

D’autre part, les barrières qui jonchent le parcours imposé par les autorités françaises qui exigent des pièces authentifiées d’état civil éloignent et découragent la plupart des Haïtiens dans leur cheminement vers une régularisation administrative.

EN FRANCE – Partenariat avec le GISTI

Parallèlement en Ile de France le CHF coordonne des permanences juridiques.

Au vue de l’importance de la demande de la communauté haïtienne d’Ile de France par rapport à des démarches administratives souvent complexes et spécifiques à Haïti (dans le contexte post-séisme notamment) le CHF a coordonné, de janvier à mars 2011, en lien avec le GISTI – Groupe d’Information et de Soutien aux Immigrés – la mise en place d’une formation sur le droit des étrangers appliqué aux Haïtiens.

La formation a été dispensée auprès d’une vingtaine de bénévoles membres ou proches de la communauté haïtienne d’Ile de France à travers la mobilisation de différentes associations et de militants motivés et, pour la majorité, créolophones. Ces bénévoles tiennent depuis le mois d’avril 2011 des permanences à Paris et en banlieue (Saint-Denis et Villeneuve Saint-Georges).

De manière générale, nos actions évoluent sur 3 axes de travail :

1. La sensibilisation des populations présentes sur les territoires de partance aux enjeux du droit à l’identité et aux condition d’émigration.
2. L’assistance juridique et légale directe pour des personnes en Haïti et en France dans le contexte post-séisme (regroupement familial notamment)
3. Le développement d’un plaidoyer sur cette question. (dans le cadre de la reprise des expulsions notamment)

 

Le problème de l’état civil

Capitalisation de la mission d’Anne Bertin, volontaire auprès du GARR, partenaire du CHF sur un projet d’appui aux migrants haïtiens pour le respect des droits fondamentaux

Haïti : le problème de l’état civil from Echanges & Partenariats on Vimeo.

A lire