Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Retour à la page précédente

Accèder aux textes intégraux des différentes interventions:

Compte Rendu Général
Avoir le compte rendu général en document pdf

1) Accueil des Participants
Le Collectif Haïti de France et la Plateforme des associations franco-haïtiennes ont organisé cette année, avec le soutien du Réseau Rhône Alpes pour Haïti, les Deuxièmes Rencontres Nationales des acteurs de la solidarité avec Haïti les 18 et 19 octobre 2008.

Ces rencontres entre les différents acteurs de la solidarité avec Haïti ont réunis en ces journées du 18 et 19 octobre 2008 ; 118 participants représentants 62 structures dont 51 associations parmi lesquelles 20 sont membres du Collectif. Les autres structures représentées étaient des collectivités, entreprises ou institutions telles que l’ambassade et le consulat qui nous ont fait l’honneur de leur présence.

Joseph PERRETON d’Ass’Hum et représentant le Réseau Rhône-Alpes pour Haïti a donc commencé par présenter l’organisation globale de ces journées, suivie par une intervention de la PAFHA et du CHF respectivement représentées par Romel LOUIS-JACQUES et Paul VERMANDE.
Paul a dit un mot des aides urgentes à apporter à nos partenaires haïtiens qui ont subi le passage de 4 ouragans, mais il pense aussi qu’une attention très grande doit être accordée à la mise en place d’infrastructures protectrices sur les bassins versants, dans les lits des rivières,…car les scientifiques disent que le nombre de cyclones va certainement augmenter dans les années futures. « Dans la nébuleuse de nos associations franco-haïtiennes, quelques étoiles commencent à briller … ce sont les regroupements régionaux… ». Le CHF a besoin de compétences techniques de certains d’entre vous (informatiques, communication,…) et de la mobilisation de tous puisque « l’UNION FAIT LA FORCE ».

Afin que tout le monde soit sur les mêmes objectifs tout au long du week-end, Sonia FAYMAN, présidente du CICP et de l’association Bibliothèque Monique Calixte, à rappeler les concepts et les enjeux du partenariat solidaire entre les associations d’ici et de là-bas.

2) Travail en cinq ateliers :
  • Compte-rendu de l'atelier Développement agricole et rural incluant les problèmes liés à la nutrition.
  • Compte-rendu de l'atelier Éducation, formation professionnelle des adultes.
  • Compte-rendu de l'atelier Santé, Eau et Hygiène.
  • Compte-rendu de l'atelier Co-développement et migrations
  • Compte-rendu de l'atelier Commerce équitable
3) Interventions des partenaires

Pour clôturer cette première journée, la parole a été laissée à un de nos principaux partenaires financiers ; Monsieur Rodrigue OLAVARRIA TAPIA de la Fondation France Libertés, Danielle MITTERRAND ; il a rappelé son attachement et celui de la fondation à Haïti. Il a évoqué leurs projets sur le terrain avec leurs différents partenaires que sont les acteurs locaux.
La soirée a remporté un franc succès avec le spectacle original (slam en langue des signes française), de l’association Haï-Lylyne mettant en scène un spectacle avec un acteur sourd et muet. Il a été suivi par la projection de films apportés par des participants et par le Collectif2004images ; dommage que l’étroitesse de la salle n’ait pas permis la présence de plus de monde. Mais les discussions en petits groupes ont permis de bien échanger. (Vous pouvez vous procurer ces films ou tout autre document en vous connectant sur le site : www.collectif2004images.org).


4) Le dimanche matin : diverses interventions

Lors de la journée du dimanche ont été présentés, après l’exposition des synthèses des différents ateliers (c.f. compte-rendus), trois thèmes principaux que sont la dette, les possibilités de financements, le fonctionnement et l’utilité des sites Internet des deux structures organisatrices.

La Dette

L’annulation unilatérale et non transparente de la dette n’est pas forcément une bonne chose ;
  • Dans les actuelles annulations (PPTE/HIPC*), les Organisations Internationales imposent des conditions d’ajustement structurel dans les pays.
  • L’argent est donné à des gouvernements hors de toute transparence, ils ne l’utilisent pas correctement (ils l’utilisent n’importe comment).
  •  L’annulation devrait concerner seulement les fonds, souvent très importants, non utilisés par le pays concerné pour le développement de la population.
  • Le processus d’annulation doit être pédagogique et transparent, il doit permettre au cadres du pays de comprendre comment s’était constituée l’ancienne dette pour éviter de nouvelles erreurs. Cela doit aussi permettre aux OI de comprendre pourquoi leurs prêts sont mal utilisés
  • La dette n’a pas constitué de développement.
  • La supprimer n’est pas forcément la meilleure solution ; mieux vaudrait une évaluation et une totale transparence.
* Petits Pays Très Endettés / Heavily Indebted Poor Countries

Le financement

Julien PUISSANT a fait le point sur le lien que nous pouvons créer avec les différentes collectivités locales de nos territoires respectifs (municipalité, département, région).
Les possibilités d’appui aux porteurs de projets par les collectivités présentent des modalités qui diffèrent beaucoup selon les territoires même si toutes ont un souci en commun ; celui de la qualité des projets et d’un partenariat réel avec les autorités locales : notamment pour la formation des cadres et pour la gestion de projets. Un dialogue prolongé est indispensable avec une collectivité locale pour aboutir au soutien d’un projet.
Il nous a rappelé la nécessité de travailler de manière plus étroite les uns avec les autres, dans une dynamique de « coopération décentralisée », c'est à dire un jumelage poussé entre une collectivité locale française et une collectivité locale haïtienne, s’inscrivant dans la durée et autour d’intérêts communs dans une logique d’implication et de valorisation du territoire suivant les ressources et les moyens dont chaque collectivité dispose.
Collaboration avec le programme solidarité eau et avec Cités Unies France.
Paul VERMANDE a présenté le Programme Social de Développement de l’Organisation Internationale de la Francophonie crée en 1975, réformé en 1998 et visant à satisfaire les besoins essentiels de base des communautés locales à travers 3 axes d’interventions prioritaires (valorisation des produits locaux, services sociaux de base et renforcement des capacités).

La parole a ensuite été donnée à la représentante de l’ambassade d’Haïti en France, Mme Marie-Guerlyne JANVIER : elle a félicité les associations franco-haïtiennes pour leur énergie et leur soutien affirmé pour Haïti. L’ambassade nous considèrent comme des interlocuteurs privilégiés en France.
Le consulat, représenté par Monsieur MERGER, a lui rappelé les liens forts existant entre les deux pays et le rôle du consulat pour toutes les questions juridiques concernant les personnes.

5) Assemblée Générale du CHF

Pour clôturer ces rencontres, l'après-midi a laissé place à l’Assemblée Générale du CHF durant laquelle ont été exposés , puis votés à l’unanimité le rapport moral et le rapport financier de 2007, puis le budget prévisionnel 2008/2009 qui valide notamment la poursuite de la Campagne « solidaires des éleveurs haïtiens » et le soutien à l’association « Tèt Kole » en Guadeloupe.
Ce temps a également été l’occasion de réfléchir sur l’historique du Collectif et son évolution:
- Vigilance sur les droits de l’homme
- Rôle d’information
- Fonction de lien entre les Haïtiens et les Français , liens entre toutes les associations et les collectifs régionaux qui se mettent en place.
L’évolution actuelle nécessitera le vote de nouveau statuts au printemps 2009 ainsi que l’adoption d’une charte qui sera proposée aux adhérents.
Enfin un vote a eu lieu pour renouveler les membres du CA qui se sont déclarés partants pour un nouveau mandat.

Retour à la page précédente