Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Situation des Haïtiens migrants

dans les autres pays

 

  Le Canada

La communauté haïtienne se situe au 10e rang par ordre d’importance parmi les groupes démographiques non européens au Canada. En 2001, plus de 82 000 personnes d’origine haïtienne vivaient au Canada.


La communauté haïtienne au Canada est fortement concentrée dans la province de Québec. En 2001, 90 % des personnes qui ont déclaré être d’origine haïtienne habitaient au Québec. En fait, la vaste majorité de tous les Haïtiens au Canada (83 %) vivent à Montréal.


La population haïtienne au Canada est relativement jeune. En 2001, près de la moitié de tous les Canadiens d’origine haïtienne, comparativement au tiers environ de la population totale, étaient âgés de moins de 25 ans.

Les revenus des Canadiens d’origine haïtienne sont généralement plus faibles que ceux du reste de la population. En 2000, le revenu moyen de toutes sources pour les Haïtiens âgés de 15 ans et plus se situait à juste un peu moins de 20 000 $, soit presque moins du tiers du revenu pour la population dans son ensemble.

source : statistique Canada

 

  Les Etats-Unis

Dès la fin des années 1950, l'émigration haïtienne se développa et prit de l'ampleur au cours des années soixante en raison du régime dictatorial de François Duvalier.

L'oppression politique conjuguée aux difficultés économiques ont continué à alimenter des contingents d'immigrants haïtiens de leur patrie tous tout au long des années 1970, 1980, 1990 et 2000.

La communauté haïtienne est estimée à plus ou moins un million de personnes essentiellement à New York et Miami.

Tentatives de contrôle des flux migratoires (par Bogentson André, démographe Haïtien)

Pour endiguer le flot de migrants haïtiens sur le sol américain, les États-Unis vont tenter de développer les industries de sous-traitance à Haïti pour contraindre les Haïtiens à rester chez eux. Malheureusement c'est l'effet inverse qui se produit. La croissance et l'augmentation du revenu des travailleurs leur offre encore plus de moyens pour fuir leur pays.

Les flux migratoires sont tels entre les États-Unis et Haïti, que les autorités américaines contraignent Jean-Claude Duvalier à signer en 1981 une convention pour empêcher le débarquement des « boat people » sur les plages de Miami. Mais les effets sont pratiquement nuls. Les autorités haïtiennes préfèrent que ses ressortissants partent à l'étranger pour rapatrier des devises vers leur pays.