Adhérents
devenez adhérent
Recherche
Retour

15/12/2011 - Association : Désir d'Haïti - Vie Interne - réunions

 

( Extrait du bulletin d'information de Désir d'Haïti, Nouvèl Lakay, n°47)


Le samedi 8 octobre 2011 à Roissy en Brie, Désir d’Haïti participait avec d’autres associations au « forum pour une terre solidaire » organisé par le Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement (CCFD) de Seine et Marne à l’occasion de son cinquantième anniversaire.

Une vingtaine d’associations étaient représentées parmi lesquelles des associations travaillant avec Madagascar et le Burkina Faso. Raphaël Minck, vice président de Désir d’Haïti, tenait un stand qui donnait à comprendre notre action en faveur des paysans du sud d’Haïti. Parmi les visiteurs nombreux venus s’informer au stand de Désir d’Haïti et posant des questions très pertinentes sur les actions de solidarité, il faut mentionner Monique Delessard, maire de Pontault, vice présidente du conseil général, ainsi qu’Albert Marie de Mauléon, évêque de Meaux.


Les liens entre le CCFD et Désir d’Haïti sont profonds et datent de la création de notre association en 1997. Un véritable partenariat s’est instauré entre elles et la SIDI (Société Internationale pour le Développement et l’Investissement) qui permet de répondre, chacune dans son domaine d’excellence, aux demandes de notre partenaire haïtien : FONHSUD.

Le CCFD mène des actions de développement dans le monde entier en cherchant à y mettre du sens et en prenant le risque d’émettre des propositions d’organisation de la société. Alors que les crises financière, sociale, écologique et spirituelle se conjuguent, l’avenir de la planète dépend des choix que va faire l’humanité dès maintenant et dans les années qui viennent !

Ainsi à titre d’exemple et à l’occasion de la réunion du G20 qui vient de se tenir à Cannes, le CCFD a déployé un plaidoyer contre les paradis fiscaux qui permettent l’évasion fiscale des capitaux. Savez-vous que la fuite illicite des capitaux du Sud (600 à 800 milliards d’euros) représente près de dix fois le montant de l’aide publique au développement versée par les pays industrialisés… alors que 30 milliards suffiraient à éradiquer la faim dans le monde ?

(...)