Adhérents
devenez adhérent
Recherche
09/03 Le GARR encourage la recherche de la paix sur l’Ile

Le GARR encourage la recherche de la paix sur l’Ile



Des representants-es de MOSCTHA, de MUDHA, de CCDH, D'OBMICA, lors d'une séance d'échanges avec deux representants-es du GARR


Le GARR prend note des initiatives du gouvernement haïtien visant à apaiser les tensions entre Haïti et la République Dominicaine. Il espère que ces démarches seront favorablement accueillies par l’Etat voisin. Il en profite pour saluer la tolérance dont fait montre la population haïtienne en dépit de différentes provocations propagées à travers les réseaux sociaux qui pourraient inciter à la violence. Il encourage chaque Haïtien/ Haïtienne à garder cette même attitude pacifique envers nos frères et sœurs de la République Dominicaine résidant en Haïti.

 

Le GARR rappelle que même si certains groupes de la société dominicaine manifestent un sentiment raciste et commettent des actes ignobles à l’encontre des migrants-es haïtiens, le peuple dominicain en général n’est pas l’ennemi des Haïtiens/Haïtiennes.

D’ailleurs, à plusieurs reprises des actions marquantes ont témoigné la solidarité de bon nombre de Dominicains/Dominicaines à l’égard d’Haïti. Dans la situation actuelle, de nombreuses organisations de la société civile dominicaine continuent de défendre les migrants-es haïtiens et travaillent au maintien du droit à la paix entre les deux peuples.

Récemment, des représentants-es d’organisations dominicaines sont venus-es en Haïti en vue de rencontrer des organisations haïtiennes impliquées dans la migration dont le GARR. L’objectif visait à définir des stratégies communes à la promotion et la défense des droits migrants-es tout en envisageant des actions qui visent à promouvoir de bons rapports entre les habitants-es de l’île.

Tout en saluant le courage des artisans de la paix et de la solidarité qui se retrouvent des deux côtés de la frontière, le GARR invite les leaders d’opinion, les responsables d’organisations de base, les représentants-es de partis politiques, les éducateurs-trices, les leaders religieux, les représentants-es d’organisations de droits humains…., à prôner, en ces périodes de tensions, des messages de paix et d’amitié entre les deux peuples.