Adhérents
devenez adhérent
Recherche
22/08 GARR - Communiqué du Collectif des Organisations pour la Défense du Droit au Logement

Le Collectif des Organisations pour la Défense du Droit au Logement condamne les menaces et persécutions à l’encontre de l’avocat militant Patrice Florvilus

Nous, organisations membres du Collectif Haïtien pour la Promotion du droit au logement et signataires de cette note, élevons la plus vive protestation contre les manœuvres d’intimidation, menaces et persécutions orchestrées à l’encontre de Me Patrice Florvilus, responsable de l’organisme Défenseurs des Opprimés (DOP) qui est une organisation faisant partie du Collectif. Avocat engagé dans la défense des déplacés du séisme du 12 janvier 2010, Maitre Florvilus a souvent accompagné des victimes d’expulsions illégales et violentes, par-devant les tribunaux haïtiens.

 

La convocation faite à l’avocat de comparaitre au Parquet de Port-au-Prince sur demande de Me Reynold Georges, sous le chef d’accusation d’incendiaire et d’association de malfaiteurs, est une tentative pour salir son image et le dissuader de continuer à défendre les déplacés qui sont quotidiennement victimes d’abus, d’agressions, d’incendie, de destructions de leurs biens et d’assassinat sans aucune protection de la part des autorités de l’Etat.

 

Plus spécifiquement, cette manœuvre vise à intimider l’avocat qui fournit un accompagnement à des déplacés du camp Acra de Delmas 32 qui ont été arrêtés, torturés et l’un d’entre eux avait rendu l’âme dans l’enceinte même du commissariat de Delmas 33.

 

En effet, le 15 avril 2013, Meris Civil et Darlin Lexima, deux déplacés vivant dans le camp Acra à Delmas 32, faisaient partie d’un groupe qui avait alerté le commissariat de police le plus proche, sur un début d’incendie perpétré dans le camp par des bandits. Face à l’inaction de la Police qui arguait être sans carburant, les habitants du camp avaient commencé à manifester. Au cours de la manifestation contre cet incendie criminel, les deux hommes, Meris Civil et Darlin Lexima avaient été arrêtés puis conduits au Commissariat de Delmas 33. Meris Civil, sévèrement battu par les policiers allait succomber à ses blessures au sein même de l’enceinte policière et son cadavre transporté a l’Hôpital général, a disparu. Depuis l’incident, Maitre Patrice Florvilus fournit une assistance judiciaire aux victimes pour que justice leur soit rendue.

 

Nous, organisations signataires de cette note, sommes vivement préoccupées par les manœuvres répétées de manipulation de l’appareil judiciaire pour exercer des répressions contre des défenseurs de droits humains. Nous condamnons avec véhémence les violations persistantes des droits de milliers de déplacés/es qui vivent encore dans les camps. Nous apportons toute notre solidarité à Maitre Patrice Florvilus et nous le félicitons pour son engagement dans la défense de cette population.

 

Face à cette situation, nous, organisations membres du Collectif pour la Défense du Droit au Logement, demandons aux autorités en place de

Prendre les mesures pour garantir le respect du droit à la sécurité et à l’intégrité physique de Me Patrice Florvilus et de ses collègues

Faire cesser cette tactique d’utilisation de l’appareil judiciaire comme instrument de pression et de répression

Mettre l’action publique en mouvement contre les présumés auteurs et complices du meurtre de Meris Civil et des agressions contre Darlin Lexima.

 

Faire cesser les expulsions forcées contre les victimes du séisme du 12 janvier. Prendre les mesures pour punir les individus qui agressent les déplacés et qui mettent le feu dans les camps. Et enfin, veiller à ce que la relocalisation des déplacés internes se réalise dans le respect de la dignité humaine et des principes directeurs établis par l’Organisation des Nations-Unies dont Haïti est un Etat-membre.

 

Les organisations signataires de cette note :

  • Groupe d’Appui aux rapatriés et Réfugiés (GARR)
  • Force de Réflexion et d’Action sur la question du Logement (FRAKKA)
  • Plateforme de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA)
  • Plateforme des Organisations Haïtiennes de Droits Humains ( POHDH)
  • Défenseurs des Opprimés (DOP)
  • Batay Ouvriye (B.O)
  • Komite pou Relèvman Divivye (KRD)
  • Service Jésuite aux Réfugiés et Migrants (SJRM)


Pour authentification :

Colette Lespinasse