Adhérents
devenez adhérent
Recherche
08/08 GARR - Avis de recrutement

Avis de recrutement

Ingénieur superviseur des travaux de construction du GARR

 

Le Groupe d’ Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) informe les intéressés qu’il cherche une personne à temps plein (100 %), pour occuper le poste de superviseur de ses travaux de construction. Le GARR, par conséquent, invite les ingénieurs architectes, les ingénieur civils et autres professionnels de métiers connexes à concourir en soumettant leur curriculum Vitae et une lettre de motivation au Bureau du GARR sis au # 69 de la Rue Christ Roi ou par message électronique: garrhaiti@yahoo.com, azolin@garr-haiti.org ou colespinasse@yahoo.fr au plus tard le jeudi 8 Aout 2013 à 4h pm.

La correspondance doit être adressée à Colette Lespinasse, coordonnatrice et/ou Azolin Jean Baptiste, Coordonnateur adjoint du GARR avec mention « Candidature au poste ingénieur superviseur du Projet de consolidation des efforts de réhabilitation des déplacés dans la zone frontalière phase 2.3»

1.Titre du poste

Ingénieur superviseur des travaux de construction du GARR

2.durée du poste

Le travail à fournir est d’une durée de 6 mois. Soit du premier Aout 2013 au 31 Janvier 2014

3.Date limite de soumission de candidature

La date limite retenue pour la soumission des candidatures est le Jeudi 8 Aout 20131 à 4h pm.

4.Localisation du projet

Le projet est en cours d’exécution dans les Communes de Lascahobas (Decauville, La Colline, Dos Bois Rouge, Roche Mulâtre), de Belladere

5.superviseur

Le travail de l’ingénieur sera supervisé par le Responsable de Programme du GARR au niveau central et sur le terrain par le Coordonnateur régional du Plateau Central

Contexte du poste

Ce poste est mis au concours dans le cadre du programme de réponse à l’urgence post tremblement de terre, phase 3 que le GARR exécute en partenariat avec ICCO et Christian Aid Cette subvention permettra de Consolider des efforts de réhabilitation des déplacés dans la zone frontalière.

Il est prévu qu’une partie de cette subvention soit utilisée pour la construction d’un système d’adduction d’eau potable à Roche Mulâtre, l’aménagement d’un point d’eau à Dos Bois Rouge, la construction d’un centre socio-culturel pour jeunes à Lascahobas, et l’aménagement de deux espace pour enfants. Il est également prévu de construire 25 nouvelles maisons et le bureau de GARR dans la commune de Lascahobas .

6.Nature du poste et description de tâches

Il s’agira pour la personne retenue de superviser tous les travaux de construction du GARR, particulièrement ceux liés au projet financé par DEC via Christian Aid et ICCO. Cette supervision consiste à :

a.Réviser les devis présentés par le ou les ingénieurs, contremaîtres ou toutes autres personnes habilitées à fournir des devis ou budget au GARR dans le cadre des constructions en;

b.Vérifier les études de faisabilité, les plans de construction, le respect des normes parasismiques et anticycloniques, les placements des maisons et tous les documents présentés au GARR par les contractants liés aux constructions du GARR et dresser rapports avec recommandations aux responsables du GARR.

c.vérifier et réviser les calculs quantité et qualité des matériaux pour les différents aspects et les différentes phases de toutes les constructions entreprises par le GARR.

d.Veiller à ce que la façon de construire, les méthodes utilisées dans la construction des maisons respectent les normes de constructions parasismiques et.

e.Planifier et réaliser des séminaires de formation pour les ouvriers de la construction (Et ceux qui travaillent dans le projet et d’autres qui agissent dans la zone) afin d'améliorer les techniques de construction dans la zone etgestion des systèmes d’adduction d’eau potable,

f.Recommander à/aux l’ingénieur/s etles corrections à faire dans l’exécution de leur travail pour que les constructions soient effectivement parasismiques et anticycloniques

g.Visiter régulièrement les chantiers pour vérifier l’état d’avancement des travaux et faire rapports aux responsables du GARR

h.Vérifier l’effectivité et le niveau de participation des bénéficiaires dans l’exécution des travaux

i.Fournir des avis éclairés aux responsables de l’Institution pour la prise de décision concernant tous les aspects des travaux de construction

j.Conseiller le GARR sur les qualités des matériaux, les fournisseurs et les transporteurs en vue de la réussite des travaux.

k.Servir d’interlocuteur entre le GARR et les ingénieurs et entre le GARR et les bailleurs pour tout ce qui concerne l’aspect technique des travaux.

l.Participer à toutes les rencontres et échanges relatives aux travaux de construction du GARR

7.Qualifications

Les intéressés/es doivent répondre aux qualifications suivantes :

a.Etre détenteurs/trices d’au moins une licence en architecture, en génie civil, urbanisme ou un métier connexe

b.Avoir au moins cinq années d’expérience dans un poste similaire ou avoir eu dans le passé des contrats de supervision ou d’exécution de travaux du genre.

 

c.Avoir une bonne capacité de rédaction de rapports narratifs et financiers

 

d.Parler correctement le Français et le Créole, avoir une bonne élocution, la capacité d’argumenter et de défendre ses idées.

 

e.Avoir une bonne connaissance et/ou expérience ou tout au moins être très informés sur les questions de droits humains, d’équité de genre et des principes humanitaires.

 

8.Qualités personnelles

 

La personne intéressée doit posséder les qualités suivantes :

 

a.Capacité à travailler en milieu difficile

 

b.Capacité à promouvoir le dialogue et donc n’être pas conflictuelle

 

c.Capacité à travailler en équipe

 

d.Etre autonome.

 

e.Avoir l’esprit d’initiative

 

f.Etc…


 

Annexe: Objectifs, résultats et activités du projet

 

2. Objectifs du projet

Objectif général

 

Contribuer à la consolidation des efforts de réhabilitation des déplacés dans la zone frontalière

 

De façon spécifique, le projet vise les objectifs suivants :

1.Mettre en place des infrastructures et services communautaires favorisant la sécurité, l’amélioration des conditions de vie, une bonne intégration des personnes déplacées ainsi que la durabilité des investissements consentis.

2.Aider des déplacés décapitalisés en raison de la sécheresse de 2012 ou à cause de certaines difficultés liées à la réalité de la frontière à redynamiser leurs activités agricoles, d’élevage et/ou de commerce par des subventions en semences, pour le labourage, l’acquisition de stock, des appuis en médicaments pour les animaux et par un accompagnement technique rapproché.

3.Renforcer la capacité des comités de gestion des risques et désastres ainsi que les communautés où des maisons ont été construites de manière à ce qu’ils soient capables de prévenir et gérer différents types de risques.

4.Continuer à promouvoir dans les zones d’intervention une culture de droits humains, de citoyenneté responsable et de solidarité qui favorise la convivialité et la recherche de solutions communes aux problèmes vécus par les communautés.

 

2. Résultats

(Ajouter des lignes si nécessaire)

Parmi les résultats et activités liés à la construction d’infrastructures, citons :

 

Le village Solidarité de Lacolline a accès à des services électriques de qualité.

 

Indicateurs

 

Le village de La Colline est alimenté en électricité, à partir d’un embranchement construit par l’EDH et des connexions dans les ménages réalisées par des techniciens locaux qualifiés.
Les gens de la communauté respectent les normes de sécurité et font appel à des techniciens qualifiés pour les interventions à l’intérieur de leurs maisons et à l’EDH pour les interventions sur l’embranchement extérieur.

 

Principales activités

 

Construction par l’EDH d’une ligne électrique menant de la route nationale vers le village Solidarité de « La Colline » et connexion des maisons par des techniciens qualifiés;
Deux(2) réunions de sensibilisation de la population desservie (habitants du village et des alentours qui utiliseront l’électricité) sur les risques des prises clandestines et la nécessité de changer de comportements et de payer l’EDH régulièrement.
Formation de 2 personnes en électricité comme ressources dans la communauté pour les interventions et les réparations dans les maisons.
Suivi des activités de la localité liées à la gestion de l’électricité

2. Les villages de Dos Bois Rouge et Roche Mulâtre sont alimentés par un système d’eau potable qu’ils gèrent de manière autonome

 

Indicateurs

 

Deux systèmes d’adduction d’eau potable alimentant ces villages sont construits
Les deux systèmes sont gérés par des comités responsables avec la participation de la communauté
Chaque localité a au moins deux techniciens formés capables d’assurer l’entretien et les réparations sur les systèmes

 

Activités

- Travaux de construction d’un système d’adduction d’eau potable à Roche Mulâtre, selon la proposition établie dans l’étude de faisabilité pour 265 familles totalisant 1665 personnes (865 hommes et 800 femmes)

- Travaux d’aménagement de la seule source identifiée pour la communauté de Dos Bois Rouge pour 393 familles, totalisant 2,165 personnes (1064 hommes et 1101 femmes)

- 2 journées de formation pour les 4 techniciens (2 par communauté) pour les éventuelles réparations et entretien avec la participation de la Dinepa

 

3. Les deux systèmes sont gérés par des comités responsables avec la participation de la communauté

 

Indicateurs

 

Les communautés concernées font appel à des techniciens qualifiés en cas de problèmes sur les réseaux et paient des cotisations pour son bon fonctionnement
Les habitants vivant dans les deux communautés qui utilisent ces systèmes sont sensibilisés sur les questions d’hygiène et d’assainissement et adoptent des comportements positifs pour éviter des maladies liées à l’eau et à l’absence d’assainissement, tels que le choléra.

 

Activités :

- 2 Réunions dans chaque communauté pour le choix d’un comité de 7 à 9 personnes (hommes et femmes issus de différents secteurs: religieux, associations, éducation, santé, CASEC) devant gérer les systèmes qui seront construits et le choix de 2 techniciens pour les réparations. Ces choix ainsi que l’accompagnement des comités et technicien se feront avec l’appui de la Dinepa.

- 2 journées de formation en gestion pour ces comités et techniciens

- 2 séances de sensibilisation des deux communautés sur les principes d’hygiène liés à l’eau et à l’assainissement et sur la nécessité de cotiser pour l’entretien des systèmes, à travers des séances d’animations, des projections, des rencontres.

 

4. Le village de Lacolline dispose d’un centre socio-culturel communautaire équipé et fonctionnel.

 

Indicateurs

 

Le centre culturel de Lacolline est finalisé, équipé et fonctionne avec un programme géré par la coopérative du village. Il s’agit d’un petit centre d’environ 200 m2 avec deux chambres devant servir de bureau, d’une grande salle pouvant contenir 100 personnes et d’une toilette.
Une plus grande convivialité et interaction est notée au sein de la communauté de La Colline où est établi le centre qui est devenu un lieu de rassemblement et de référence pour plusieurs groupes.

 

Activités

Travaux de construction du centre socio-culturel de La Colline d’une superficie d’environ 200 m2, avec une salle pouvant contenir une centaine de personnes, deux petites salles pour bureaux et d’une toilette. Le budget pour la construction est estimé à 40,000 dollars américains. Une partie sera payée avec un appui solidaire de US (30,000) en provenance d’organisations de Porto-Rico
Equipement de la salle de réunion du centre en chaises, tables, système de sonorisation et de projection.
Réunions avec les membres de la coopérative de Lacolline où et du voisinage sur l’utilisation et la gestion de l’espace
Préparation d’un protocole d’utilisation de l’espace que la coopérative fera signer à tout groupe voulant utiliser l’espace.
Inauguration du centre avec la participation de toute la communauté
Elaboration d’un premier programme pour le centre
Suivi de l’utilisation qui est faite de l’espace

 

5. La convivialité entre enfants, jeunes et parents vivant à La Colline et dans le voisinage a augmenté

 

Indicateurs

- Les enfants et les jeunes de cette communauté trouve des opportunités de divertissement sain et d’apprentissage collectif, notamment en matière de respect de l’environnement et des droits humains.

- Les parents de ces enfants sont devenus plus solidaires les uns envers les autres et trouvent l’opportunité de se former sur leur rôle par rapport à l’éducation des enfants.

 

Activités

- Aménagement d’un espace pour enfants dans le village de La Colline et équipements de cet espace en jeux (balançoires, glissades)

- Aménagement et équipement d’un terrain de basketball pour les jeunes de Lacolline

- Formation de 2 jours pour des jeunes de La Colline pour l’animation hebdomadaire d’un club d’enfants et la préparation d’un programme permanent d’utilisation du terrain de jeu;

- 24 réunions (une par semaine pdt 6 mois) avec les enfants du club pour des jeux, des séances de formation sur différents sujets tels que les risques, sur la protection de l’environnement et les droits des enfants, etc.

- Deux(2) journées avec des jeunes de La Colline autour de la gestion de l’espace de jeux.

- Rencontres mensuelles (12) avec les parents pdt 6 mois (2 par mois, dans les zones où des maisons ont été construites sur plusieurs sujets (éducation sexuelle des enfants, santé sexuelle et reproductive, droits des enfants, hygiène, santé sexuelle et reproductive) etc.

- 2 Célébrations avec les enfants et les parents (journée nationale des enfants, Noel) etc.

La présence du GARR dans la commune de Lascahobas est renforcée

 

Indicateurs

- Un petit bureau est construit et équipé pour loger les différents services du GARR dans la commune

 

Activités

- Construction d’un bureau de 200 m2 de superficie avec possibilité d’extension.

- Equipement du bureau en matériels(chaises, bureaux, projecteurs, téléviseur, ordinateur)