Adhérents
devenez adhérent
Recherche
28/01 GARR: Le GARR présente ses documents de politique de protection aux autorités et leaders de Belladère et de Lascahobas

Le 18 janvier 2019, le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) a rencontré  en son bureau régional de Belladère, une cinquantaine de représentantes et représentants d’organisations de la société civile, des autorités locales et  des leaders religieux des communes de Lascahobas et de Belladère.  L’objectif de cette activité était d’échanger sur les différents documents de politique de protection de ladite institution.

Certains de ces documents sont en vigueur depuis de nombreuses années au sein du GARR. Citons entre autres la politique d’équité de genre qui date de 2008 et le code d’éthique  de 2013.

La politique d’équité de genre décrit les directives du GARR en matière de promotion d’égalité homme/femme au sein de l’institution et dans ses relations avec les partenaires et les ayants droit. Cette politique garantit la participation équitable des femmes et la prise en compte de leurs besoins spécifiques.

Le code d’éthique, de son côté, est un outil qui régit les comportements et attitudes des employés-e-s entre eux/elles et vis-à-vis des ayants droit et des organisations partenaires.

Trois (3) autres nouveaux documents de protection ont été aussi présentés aux participantes et participants. Il s’agit de la Politique de protection de l’enfance, la Politique de protection des bénéficiaires contre les abus et exploitations sexuels ainsi que les Mécanismes de plaintes et réponses.

Ces documents ont pour finalité d’améliorer la qualité des interventions du GARR dans son travail de promotion et de défense des droits humains.

Pendant plus de trois heures de discussion, les participantes et participants ont eu l’opportunité de faire valoir leurs préoccupations et leurs recommandations dans une ambiance démocratique et de convivialité.

Une telle démarche permet au GARR d’informer tous les acteurs sur la portée et le sens de l’établissement des mesures de protection établies par l’institution. Elle  permet également de contribuer à la création d’un climat de confiance, de respect et de compréhension chez les résidentes et résidents des communautés dans lesquelles elle intervient.