Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Rapatriement collectif de 157 migrants-es haïtiens

24/07/2013

Rapatriement collectif de 157 migrants-es haïtiens:

Le RFJS dénonce la migration dominicaine

Le Réseau Frontalier Jeannot Succès (RFJS) dénonce le rapatriement de 157 immigrants haïtiens effectué à Comendador par la Direction Générale de la Migration, les 18 et 19 juillet 2013.

Le RFJS accuse les autorités migratoires dominicaines de n’avoir pas notifié le gouvernement haïtien de l’expulsion de ces immigrants en situation irrégulière en vue de leur accueil à la frontière. Bien au contraire, les autorités migratoires recourent à la vieille pratique d’abandonner les rapatries-es dans l’aire frontalière, les laissant à la merci des passeurs et trafiquants de personnes.

Les 157 ressortissants haïtiens ont été appréhendés à Santo Domingo et dans d’autres villes dominicaines puis reconduits à la frontière d’Elias Piña/Belladere.

Le vendredi 19 juillet, vers 5h 45 du matin s’est produit un rapatriement collectif de 100 migrants haitiens au portail frontalier de Comendador. 93 hommes et 7 femmes se trouvaient ainsi abandonnés à leur sort à la frontière entre les deux pays.

Ce rapatriement intervint seulement 12 heures après la déportation le 18 juillet dans l’après-midi,de 57 personnes dont 30 femmes et 27 hommes dans les mêmes conditions pratiquées par les autorités dominicaines.

"Aucune de ces 157 personnes rapatriées ne disposait d’un certificat de rapatriement comme l’exige le Protocole d’Accord sur les mécanismes de rapatriement signé entre les deux pays. En outre, ces migrants et migrantes ont été privés de l’opportunité de contester ou de faire appel des mesures d’expulsion et de la garantie d’accès à un recours judiciaire de manière individuelle", selon l’organisme de droits humains.

De même, le réseau signale que les autorités haïtiennes, sans souci de contrecarrer cette mauvaise pratique des autorités dominicaines, n’ont pas établi des postes de contrôle frontaliers pour accueillir les citoyens rapatriés, comme mentionné dans ledit protocole binational.

Le Réseau Frontalier Jeannot Succès déclare que ce manque de communication et de coordination entre les deux pays, rend difficile la localisation des cas de corruption dans les processus de détention et de deportation des migrants-es. En même temps, il relègue dans l’invisibilité, les expulsions qui se réalisent en divers points qui marquent la frontière entre la République Dominicaine et Haiti.

Direction de Communication

RFJS

22 juillet 2013



Partager