Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Note de presse Justice et Paix

24/01/2006

Komisyon Episkopal Nasyonal Jistis ak Lapè
Commission Episcopale Nationale Justice et Paix
Secrétariat national
BP 1572
Port-au-Prince Haïti 6110
Tel / Fax 222 78 99
justicepaixha@yahoo.com
jilap.national@forumcitoyen.org.ht
www.forumcitoyen.org.ht/jilap


Pòtoprens 20 janvye 2006

Note de presse

Le Comité Exécutif de la Commission Episcopale Nationale Justice et Paix salue vous tous. A deux semaines du premier tour des élections, la Commission qui s’est engagée a fond dans l’observation électorale avec plus de 1000 observateurs sur le terrain, fait le bilan concernant les préparatifs du scrutin.

1. Oui, nous avons enregistré et dénoncé beaucoup d’erreurs qui ont été commises ; beaucoup de temps précieux a été gaspillé qui aurait pu servir pour assurer une meilleure préparation du scrutin.
2. La réalité de l’exclusion y est toujours. Ce n’est pas seulement une question de la localisation des centres et bureaux de votes. Au mois de septembre et novembre 2005 déjà nous avons signalé la condition de l’enregistrement des électeurs dans les sections communales. « La Commission prend note de la déclaration du CEP qui fait savoir que sur 4.400.000 électeurs potentiels, 3.400.000 ont fait les démarches pour retirer leur carte de citoyen. » (novembre 2005). Est-ce que cette différence ne signifie rien ? Pour plusieurs raisons, les personnes qui ne sont pas enregistrées se trouvent surtout dans les sections communales. Nous le regrettons, surtout parce que nous sommes convaincus que les élections locales sont le fondement de la construction démocratique du pays.
3. Nous prenons note des efforts du CEP et des techniciens à divers niveaux pour corriger ce qui est encore possible du point de vue technique, pour ce qui regarde les centres de vote, les bureaux de vote et l’affectation des électeurs aux divers bureaux.

Il est évident, les élections de 2006 auront leurs limites. Mais en écoutant les déclarations des différents acteurs (CEP, Gouvernement, PNH, PNUD, Minustah, OEA), nous ne comprenons plus. Pourquoi ces accusations mutuelles si chacun est en train de chercher, selon leurs dires, ce qui est le mieux pour le pays ? Est-ce que la question fondamentale ne serait pas le manque de transparence chez tous les acteurs ? Est-ce que les citoyens et citoyennes peuvent espérer qu’on leur fournisse des clarifications et qu’on leur explique les difficultés rencontrées, tous les acteurs ensemble, dans une conférence de presse par exemple, sans accusations mutuelles ? Où est le problème ? Quelles seront les limites des élections dans les conditions actuelles ? Les citoyens et citoyennes ont le droit de savoir et de comprendre les limites du processus, sans fausses accusations, mais d’une façon qui permette d’apprécier les efforts entrepris. Durant toute la préparation, il semblerait que les acteurs aient surtout négligé de créer confiance !!

Voici ce que la Commission souhaiterait et suggère pour le temps qui nous sépare du scrutin :
1. Du coté des partis politiques, qu’ils s’efforcent de garder un climat de paix et de non violence durant la campagne électorale. Plusieurs événements démontrent un degré d’intolérance entre les acteurs politiques et de la tolérance envers la violence qui peut se manifester à chaque instant dans la société. Les partis politiques doivent faire comprendre à leurs fanatiques qu’on ne peut résoudre les problèmes du pays par la violence. Au contraire, les élections constituent une alternative non violente pour décider de l’avenir du pays. Nous demandons que tous les candidats et candidates condamnent de façon ferme toute violence que leurs partisans commettraient en leur nom. Nous demandons qu’on arrête les accusations et procès d’intention. Nous rappelons le Code éthique signé par les partis politiques au nom de tous leurs candidats.
2. Les partis politiques devraient exposer clairement leur programme politique pour améliorer la situation du pays et la condition de vie des citoyens et citoyennes en particulier. Comment vont-ils aborder la question de l’impunité et de la corruption ? Comment voient-ils la réforme du système judiciaire ? Quelle politique familiale et comment pensent-ils les protéger ? Quelle politique sociale envisagent-ils ? Qu’est-ce que les citoyens et citoyennes peuvent espérer s’ils remporteraient la victoire dans les élections ?
3. Pendant le petit temps qui reste, il faudrait lancer une campagne d’éducation civique massive pour expliquer le mécanisme du vote. Il faudrait montrer aux gens comment est organisé un bulletin de vote. Ils doivent savoir sur quel bulletin ils ne peuvent marquer un seul candidat (président ou député) et sur quel bulletin ils peuvent marquer trois noms de candidats de partis politiques différents (sénateur). Etc.
4. Le CEP doit s’assurer que toutes les dettes et arriérés de salaires sont payés avant le jour du scrutin, pour que ça ne serve pas d’excuse à des négligences.
5. Dans la note de presse du 21 septembre et du 20 novembre 2005, et dans une lettre publique aux membres du CEP en date du 20 décembre 2005, la Commission a soulevé la question des analphabètes dans le pays. Nous soulevons la question à cause du grand nombre de votes nuls lors des élections précédentes. Ces élections sont complexes et il y a un grand nombre de candidats et candidates pour chaque poste. Nous réitérons notre demande : Quelles sont les dispositions prises par le CEP pour permettre à ces citoyens et citoyennes pour exercer leur droit de vote correctement ? Jusqu’ainsi, nous n’avons pas encore eu de réponse.
6. Dans une lettre publique au Premier Ministre et au Gouvernement (le 19 décembre 2005), la Commission a soulevé la question des droits civils et politiques des détenus qui n’ont pas été condamnés et elle a avancé la suggestion de leur participation comme électeurs et électrices au scrutin. Le pays a besoin de gestes concrets qui démontrent clairement une volonté de réconciliation ; il faut combattre l’exclusion sociale et politique.

A deux semaines du premier tour des élections générales, la Commission Justice et Paix renouvelle sa confiance dans la capacité du peuple Haïtien de dépasser de moments difficiles et de réaliser des choses valables en peu de temps, dès que la volonté commune soit présente. Le Comité Exécutif National.

Port-au-Prince, 20 janvier 2006




Paraf / signatures :
P. Attilus B. Desca et Dadine M. Charles (Ouest) ; P. Prophy Prophète et Azarias Dubréus (Nord Ouest) ; P. Nicolas Valcimond et Alucia Joseph (Nord) ; Guito Lafond et Marie-Ange Dagrin (Sud Est) ; Désumé Israck (Artibonite) ; Agena Dominique (Sud) ; Elianne Ménélas (Nord Est) ; Beaubrun Chislaine, P. Jan Hanssens, Jocelyne Colas et Chérima Jn Rivière (Comité Directeur national).



Pòtoprens 20 janvye 2006

Nòt pou laprès

Komite Egzekitif Komisyon Nasyonal Jistis ak Lapè salye tout moun. De (2) semèn anvan eleksyon an, Komisyon Jistis ak Lapè ki angaje afon nan obsèvasyon elektoral la ak plis pase 1000 obsèvatè atravè peyi a, trase bilan li fè sou fason preparasyon eleksyon yo te fèt.

1. Wi, nou anrejistre epi denonse anpil erè ki fèt nan preparasyon eleksyon sa a. Anpil tan te pèdi depi nan kòmansman, nan fè gwo diskisyon ki te kapab sèvi pou asire yon pi bon preparasyon.
2. Reyalite esklizyon ak mete moun sou kote toujou la. Se pa sèl lokalizasyon sant ak biwo vòt yo ki te mennen ladan l. Nan mwa sektanm ak novanm 2005, nou te deja fè remake nan ki kondisyon anrejistreman elektè yo te fèt sitou nan seksyon kominal yo. « Komisyon an pran nòt deklarasyon KEP la te fè pou di : li anrejistre 3.400.000 sitwayen, sou 4.400.000 sitwayen ki genyen dwa pou vote nan peyi a, selon sa estimasyon yo di. » (novanm 2005). Eske diferans sa a pa vle di anyen ? Pou tout kalite rezon, se sitou abitan nan seksyon kominal yo ki pa anrejistre. Nou regrèt sitiyasyon sa a, sitou paske nou gen fèm konviksyon, se eleksyon lokal yo ki te dwe fondman konstriksyon demokratik peyi a.
3. Nou pran nòt jefò KEP la ak divès teknisyen yo ap fè pou korije sa yo kapab nan domèn teknik, pou sa k gade sant vòt yo, biwo vòt yo, ak fason yo voye elektè yo al vote tèl ou tèl kote.

Li klè, eleksyon 2006 sa yo ap genyen anpil limit. Men, lè n tande divès aktè yo k ap pale (CEP, Gouvènman, PNH, PNUD, Minustah, OEA), gen de bagay nou pa rive konprann. Poukisa youn bezwen voye toya sou lòt, si se ansanm yo te vle reyalize yon bagay ki bon pou peyi a, selon sa yo tout ap di ? Eske pa t gen yon gwo mank transparans nan tout pwosesis la, bò kote chak aktè ? Eske sitwayen yo gen dwa espere pou divès aktè sa yo chita ansanm, pou yo esplike devan laprès, san pa gen voye monte, ki kote difikilte yo ye : Ki sa k te fèt ? Ki limit eleksyon ap genyen nan kondisyon ki la yo ? Sitwayen yo gen dwa konprann ki limit travay la genyen, san voye monte, san voye toya, men yon fason pou yo kapab apresye jefò yo ki fèt. Nan tout preparasyon, sanble aktè yo te bliye sitou pou kreye konfyans !!

Plis toujou, men ki sa Komisyon an mande epi sijere pou dènye semèn sa yo :

1. Bò kote pati politik yo, pou yo kenbe yon klima lapè san vyolans pandan kanpay elektoral la. Plizyè evènman montre genyen twòp entolerans nan mitan aktè politik yo, epi gen twòp tolerans anvè vyolans ki kapab parèt nan chak moman. Pati politik yo dwe fè patizan yo konprann se pa ak vyolans moun kapab regle avni yon peyi. Okontrè, eleksyon se yon fason san vyolans pou deside sou avni peyi a. Nou vle pou tout kandida yo kondane yon fason klè tout vyolasyon patizan yo ta komèt nan non yo. Nou mande pou yo sispann youn akize lòt ak tout kalite pwose entansyon. Nou mande yo sonje kòd etik divès pati politik te siyen nan non yo.
2. Pati politik yo ta dwe pi klè lè yo ekspoze pwogram yo genyen pou amelyore sitiyasyon peyi a ak kondisyon jeneral sitwayen yo. Ki plas lit kont enpinite ak koripsyon genyen ? Ki plas refòm lajistis genyen ? Ki plas fanmi yo e ki jan y ap pwoteje yo ? Ki politik sosyal yo prevwa ? Ki sa sitwayen yo kapab espere nan men yo chak, si se yo ki ta genyen pouvwa nan peyi a ?
3. Ti tan ki rete a, ta dwe konsakre ak yon gwo kanpay edikasyon sivik, pou montre moun ki jan pou yo vote. Yo dwe fè yo wè imaj bilten vòt yo. Moun yo dwe konnen sou kilès bilten y ap make yon sèl non (pou prezidan oswa depite), sou kilès bilten y ap make twa non (pou senatè). Elektè yo dwe konnen yo gen dwa vote pou moun nan divès pati politik, el.
4. KEP la dwe asire li fin regle tout dèt ak retribisyon li dwe yo anvan jou vòt la, pou tout sa pa sèvi pretèks pou tout kalite neglijans.
5. Nan nòt pou laprès li te fè jou ki te 21 sektanm ak 20 novanm 2005, ak nan yon lèt piblik nou te voye bay KEP la nan dat 20 desanm 2005, Komisyon an te poze chak fwa kesyon sou moun ki pa konn li ak ekri yo. Nou poze kesyon an paske nan eleksyon anvan yo twòp vòt t ap gaspiye, paske moun yo mal ranpli bilten vòt yo. Eleksyon jeneral yo konplike anpil, paske genyen anpil vòt diferan epi pati politik ak kandida pou chak pòs yo anpil tou. Nou mande yon lòt fwa : Ki dispozisyon KEP la pran pou sitwayen sa yo kapab egzèse dwa yo pou vote kòm sa dwa ? Jis nan moman sa a nou pokò tande anyen ki di sou sa.
6. Nan yon lèt piblik pou Premye Minis ak Gouvènman an (19 desanm 2005), Komisyon an te poze kesyon dwa sivil ak politik moun ki nan prizon san yo pa t kondane yo, pou yo kapab jwi dwa sa yo epi pou yo ta kapab patisipe kòm elektè nan eleksyon an. Peyi a bezwen kèk jès ki montre aklè se rekonsilyasyon ant tout moun nou vle, epi pa dwe gen moun sou kote pou rezon sosyal oswa politik.

De (2) semèn anvan jou premye tou vòt la, Komisyon Jistis ak Lapè renouvle konfyans li nan kapasite pèp Ayisyen genyen pou depase anpil move pas, epi pou reyalize anpil bon bagay nan yon ti bout tan, depi tout lespri yo sou sa, depi tout moun vle. Komite Egzekitif Nasyonal la.



Partager