Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Un peuple courageux et dynamique. Une élite qui refuse de prendre ses responsabilités

12/01/2012

 

Un peuple courageux et dynamique, laissé à son sort
Et une élite qui refuse de prendre ses responsabilités

Pour le deuxième anniversaire du séisme du 12 janvier 2010


12 janvier 2012 fait exactement 2 ans que la terre a bougé en Haïti. Nous avions oublié la fragilité de la vie et de notre pays. Ce n’est pas le tremblement qui a produit cette crise où se trouve le pays ; mais il ‘a mis à nu. Nous saluons le courage de notre peuple, surtout le secteur informel qui dans des conditions très difficiles avec beaucoup de courage reprend à vivre et à s’organiser, avec l’aide de quelques amis. Nous saluons les amis de la communauté internationale, surtout les secteurs de l’Eglise, qui appuient les efforts du peuple pour vivre et s’organiser dans un mauvais moment. Nous saluons les responsables des différentes religions dans le pays qui depuis le tremblement de terre progressent sur le chemin de l’appréciation mutuelle.

Mais le peuple se sent abandonné. Il a le sentiment que trop de gens font du capital politique et économique sur sa misère.

Où sont allées les aides promises ? Où sont exécutés les projets de la CIRH ? Où se situent les différents plans de reconstruction ?

Apres le séisme, tous espéraient que les responsables du pays allaient finalement se réveiller, et prendre conscience de la misère des gens et prendre des décisions pour organiser l’aide d’urgence, la reconstruction et pour introduire une décentralisation sérieuse. Mais on ne dispose pas des signes que de gros efforts sont entrepris dans ce sens.

Voici quelques constats :

Le Commission Justice et Paix cherche à observer les violences et violations des droits, à former les gens et à accompagner les victimes. La défense de la dignité des personnes et de leurs droits comme Fils et Filles de Dieu est son boussole. La dignité des personnes est le plus grand motif pour la faire prendre responsabilité et accomplir ses devoirs. Ceci est le mandat de la Commission comme institution de l’Eglise catholique.

Voici les urgences du temps, selon la Commission :

Nous lançons un appel à l’honnêteté, au patriotisme, au sens de responsabilité et au respect pour les jeunes générations par tous ; un effort doit être fait pour éradiquer l’impunité et la corruption. Le pays a besoin d’une vision et d’une orientation qui peut le dynamiser et ouvrir une perspective d’avenir. Tout cela entre dans les exigences de la réconciliation dont le pays a besoin.


P. Jan Hanssens, Directeur
Jocelyne Colas, Secrétaire exécutive
Pour le Comité Directeur National, ce 11 janvier 2011
La veille du deuxième anniversaire du séisme du 12 janvier 2010
 



Partager