Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Reportage Ayiti Kale Je

20/06/2011

 

Derrière les portes closes de la "reconstruction" de la Capitale
 

Port-au-Prince 10 Juin 2011 - Pourquoi la reconstruction tarde encore à commencer à Port-au-Prince, la capitale haïtienne, gravement dévastée par le tragique séisme du 12 janvier 2010 ?

Pourquoi y a t-il encore des tentes qui entourent le Palais national, ce, sous les regards silencieux des statues des héros de l’indépendance et des dirigeants ?

Pourquoi les planifications et les décisions sont réalisées à huis clos, avec des contrats secrets que personne ne voit?

Pourquoi les bénéficiaires – la majorité pauvre de la population haïtienne – sont également mis à l'écart des planifications et dans l'obscurité?

Deux nouvelles enquêtes d’Ayiti Kale Je et d’étudiants du Laboratoire de Journalisme de l'Université d'État d'Haïti (UEH) ont essayé de comprendre ce qui bloque la reconstruction du centre-ville, et pourquoi il y a toujours des milliers de familles au Champ de Mars.

Les journalistes ont constaté un manque de transparence, manque de coordination, la rivalité, et parfois un désaccord catégorique, dans un contexte où aucune autorité unique semble avoir une idée complète de ce qui se passe. Et où aucune accepte la responsabilité globale.

Les résultats de l’impasse ou du moins la confusion? Des milliers de familles bravant les pluies, les vents et le choléra sous des bâches et des conditions infrahumaines, des financements non décaissés, et un centre-ville en ruines caractérisé par des parcelles vides et des entreprises souffrent financièrement.

 

Impasse ? Qu’est ce qui bloque la reconstruction de la Capitale ? http://haitigrassrootswatch.squarespace.com/7pap1fr

Sous les regards des héros
http://haitigrassrootswatch.squarespace.com/7chanfr1

Ayiti Kale Je est un partenariat de AlterPresse, la Société pour l’Animation de la Communication Sociale (SAKS), le Réseau des Femmes Animatrices des Radios Communautaires Haïtiennes (REFRAKA) et les radios communautaires de l’Association des Médias Communautaires Haïtiens (AMEKA).



Partager