Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Le Nouvelliste

22/12/2010

« Haïti est la preuve de l'échec de l'aide internationale »


Les ambassadeurs américains et français en fin de mission en Haïti nous avaient habitués au coup de pied de l'âne en guise d'au revoir. Dans un grand discours lors de leur réception d'adieu, ils trouvaient toujours une façon de nous dire en face les quatre vérités gardées par devers eux le temps qu'ils étaient en mission diplomatique dans le pays.
Cette fois encore, c'est un diplomate qui s'en va, Ricardo Seitenfus, représentant depuis deux ans de l'OEA en Haïti. Il fait, dans un entretien accordé à Arnaud Robert du journal suisse Le Temps, le procès en règle de l'aide internationale à Haïti. De l'ONU et de tout le reste.
A lire Ricardo Seitenfus, nous ne sommes pas les coupables, mais les victimes.
D'un rôle à l'autre, coupables ou victimes, cela ne nous va pas mieux, même s'il est bon de lire cette accusation venue de ceux qui nous aident contre ceux qui nous aident.
Seitenfus, Le Nouvelliste l'avait rencontré. Il était venu nous voir en nos bureaux. Il nous avait rassurés sur le processus d'émission des fameuses cartes d'identification nationale, éléments indispensables du processus électoral qui ont tant fait défaut le 28 novembre et ont constitué le premier impair des élections ce jour-là. L'Organisation des Etats américains (OEA) avait la responsabilité conjointement avec l'Office national d'Identification (ONI), de faire de leur disponibilité une réussite.
L'entretien de Seintefus est instructif, mais qui va le lire ? Nous, pour nous donner bonne conscience ou ceux qui, ici et ailleurs, instrumentent notre avenir et font le lit de nos échecs ?

L'intégralité de l'interview ici .
 



Partager