Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Garr

12/01/2010


Groupe d'Appui aux Rapatriés et Réfugiés

GARR
69, Rue Christ-roi
Port-au-Prince, Haïti
Téléphone (509) 22-45-6525
e-mail: garrhaiti@yahoo.com ,
 site : www.garr-haiti.org

Des milliers de travailleurs migrants haïtiens retournent sans difficulté
 sur leurs lieux de travail
en République Dominicaine


11 janvier 2010

Près de 3000 travailleurs/ses migrants haïtiens ont traversé la frontière Nord (Ouanaminthe/Dajabon) sans difficulté pour regagner leurs lieux de travail en République Dominicaine, début janvier, sous l’œil des autorités locales et des organisations de la société civile. Ces Haïtiens/Haïtiennes, employés pour la plupart sur des fermes agricoles à Montecristi, Valverde, Mao et Dajabon, reprenaient la direction de la frontière après avoir passé les fêtes de fin d’année en Haïti.

Ces travailleurs migrants regroupés au sein des Associations Solidaires des Travailleurs Migrants de la Ligne du Nord-Est (ASOMILIN) bénéficient chaque année de l’accompagnement de l’organisme de Droits Humains, Solidaridad Fronteriza, une branche du Service Jésuite aux Réfugiés et Migrants (SJRM).

Depuis plus de dix ans, cette main d’œuvre haïtienne se retrouve dans la production de bananes, manioc, tabac et autres denrées d’exportation et de consommation locale, indique un communiqué de Solidaridad Fronteriza. La République Dominicaine exporte vers l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord pour plus de 80 millions de dollars américains de ces produits, principalement la banane, précise l’organisme frontalier.

Le Père Regino Martínez, responsable de Solidaridad Fronteriza a « salué ce geste des autorités de la Migration » qui ont permis l’entrée régulière de ces Haïtiens/Haïtiennes en territoire dominicain.

Les travailleurs migrants haïtiens avaient reçu, en 2009 un livret annexé à un formulaire, lequel avait été révisé par des inspecteurs à Dajabon aux fins d’empêcher l’utilisation éventuelle de ces documents par des personnes non autorisées.

En outre, les autorités de la Direction Générale de la Migration(DGM) dans le Nord ont précisé que cette identification officielle octroyée aux travailleurs migrants haïtiens ne remplace nullement le passeport et n’autorise pas la circulation à travers le territoire dominicain.



Partager