Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Droits Humains

02/12/2009


Haïti: Des droits économiques et sociaux, surtout



75 % de la population haïtienne ne travaille pas. Environ 500.000 enfants en âge de scolarisation se trimbalent tous les jours dans les rues à travers le pays. Ils n'ont accès ni à la nourriture, ni à l'eau potable, ni au logement ni à la santé. Le 61e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l'homme (DUDH) suscite des réflexions sur le respect des droits économiques et sociaux en Haïti.

Les pieds nus et encrassés de poussière, James, un enfant de 12 ans, pirouette dans les parages du local abritant le Corps des pompiers. Vêtu d'un morceau de toile froissée et sale, cet adolescent passe le plus clair de son temps au Champ de Mars à nettoyer les pare-brise de véhicules. A quelques mètres de lui, Mora, un autre adolescent, déambule devant le parking situé près de la Place des artistes face au refus ou l'acceptation des passants à qui il demande de l'argent.

Ces deux adolescents font partie des centaines d'enfants en âge de scolarisation, qui trainent tous les jours dans les rues de Port-au-Prince, notamment dans l'aire du Champ de Mars. Ils rejoignent ainsi des milliers d'enfants à travers le pays pour qui le droit à l'éducation demeure un rêve. « J'aimerais bien aller à l'école. D'ailleurs, j'ai toujours rêvé d'y aller. Mais ma maman me dit toujours qu'elle n'a pas les moyens », se plaint le petit James, d'un regard fuyant.

Le droit à l'éducation est pourtant l'un des droits fondamentaux garantis par la Déclaration universelle des droits de l'Homme en son article 26. De plus ce droit est inscrit dans la Constitution haïtienne en ses articles 32, 32.1, 32.2. Il est dit à l'article 32.3 que l'enseignement primaire est obligatoire. Haïti s'est même engagée lors de la conférence de Dakar en 2000 à mettre tout en oeuvre en vue de réduire de moitié d'ici 2015 le nombre d'enfants âgés de 6 à 12 ans non scolarisés à travers le projet Éducation pour tous. Pourtant, selon les informations disponibles, environ 500.000 enfants en âge de scolarisation attendent encore de goûter au pain de l'instruction.

Si pour des enfants qui ont toute leur mobilité l'accès à l'éducation est difficile, la situation est plus criante pour ceux qui souffrent de déficience physique. « Seuls 51% des garçons contre 49 % des filles et 3% d'enfants à besoins spéciaux, en âge scolaire, ont accès à l'école», selon un communiqué de presse du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH). Continuer >

Le Nouvelliste en Haiti - Nouvelles d'Haiti: actualités politique, nationale, économique, société, culture, sport. Haitian news: Politics, economy, society, culture and entertainment, sports.
Le Nouvelliste en Haiti - Nouvelles d'Haiti: actualités politique, nationale, économique, société, culture, sport. Haitian news: Politics, economy, society, culture and entertainment, sports.
Le Nouvelliste en Haiti - Nouvelles d'Haiti: actualités politique, nationale, économique, société, culture, sport. Haitian news: Politics, economy, society, culture and entertainment, sports. Le Nouvelliste en Haiti - Nouvelles d'Haiti: actualités politique, nationale, économique, société, culture, sport. Haitian news: Politics, economy, society, culture and entertainment, sports. Le Nouvelliste en Haiti - Nouvelles d'Haiti: actualités politique, nationale, économique, société, culture, sport. Haitian news: Politics, economy, society, culture and entertainment, sports.
Pour le secrétaire exécutif de la Plate-forme haïtienne des organisations des droits humains (POHDH), Antonal Mortimé, il n'y pas que le droit à l'éducation qui ne soit pas respecté en Haïti. Les citoyens sont lésés dans presque tous leurs droits sociaux. « Les droits économiques, sociaux et culturels sont traités en parents pauvres en Haïti, car l'État haïtien ne prend pas les dispositions juridiques nécessaires qui puissent les garantir », souligne M. Mortimé.

Il en veut pour preuve le faible pouvoir d'achat des Haïtiens. Environ 80 % d'entre eux vivent en dessous du seuil de la pauvreté avec moins de 2 dollars américains par jour. Entre autres, il existerait à l'heure actuelle en Haïti quelque 3 500 000 citoyens en âge de travailler. Plus de 70% d'entre eux n'ont pas d'emploi et le reste est plongé dans un chômage déguisé. « 75 % de la population haïtienne ne travaille pas. Et, par conséquent, ne dispose pas de revenu lui permettant d'accéder à un niveau de vie décent », lit-on dans le communiqué du RNDDH.

Les défenseurs des droits humains, à l'occasion du 61e anniversaire de la DUDH, pointent également du doigt le secteur santé. Les quelques mille sept cent soixante-huit (1 768) établissements de santé dont cent vingt huit (128) hôpitaux dont dispose le pays sont insuffisants par rapport aux besoins de la population estimée à huit million cinq cent mille (8 500 000) habitants. Pire, bon nombre de ces structures sont mal équipées et disposent d'un faible personnel médical.

La commune de Anse-à-Pitre dispose d'un seul centre de santé mal équipé pour les cas d'urgence. On compte un médecin et quelques auxiliaires pour 25 000 habitants. « Quand un cas dépasse les compétences du médecin et des autres auxiliaires de cet hôpital, le patient est obligé de se rendre en République dominicaine pour les suites nécessaires. Il n'y a pas de pharmacie chez nous. Pour acheter un médicament, nous devons traverser la frontière », explique un natif de cette commune.

Le respect des droits humains reste un défi majeur en Haïti. Et des mesures visant à garantir leur application sont loin d'être effectives. Puisque Haïti n'a même pas signé le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) depuis son adoption en 1966. Un Pacte qui garantit un niveau de vie décent caractérisé par l'accès à la nourriture, à l'eau potable, au logement, à l'éducation, à un emploi rémunéré, aux soins de santé et aux loisirs.


Jean Max St Fleur
Géralda Sainville

Antonal MORTIMÉ
Secrétaire Exécutif
Plate forme des Organisations Haïtiennes des Droits Humains (POHDH) 26, Rue Debussy, Port-au-Prince, Haiti, W.I, B.P. 19181 Téls/Fax.: + 509 224-450-10/11 et + 509 281-320-78 Cels.: + 509 35 50-90-69/ 37 16 48 58 Email: pohdh@yahoo.fr, antonal29@gmail.com Site web: www.pohdh-haiti.org



Partager