Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Quatre Haïtiens assassinés à Jimani

04/11/2009

Quatre Haïtiens assassinés à Jimani

 en République dominicaine

 

 

Combien en faudra-il encore pour nous faire réagir?

 

 

Montréal, jeudi 29 octobre 2009 - Le Comité québécois pour la reconnaissance des droits des travailleurs haïtiens en République dominicaine, organisme fondé à Montréal et voué essentiellement à la défense des droits des Haïtiens en République dominicaine condamne fermement l’assassinat de migrants haïtiens en République dominicaine.

 

Le mardi 20 octobre 2009, au moins quatre Haïtiens auraient été tués par balles et plus tard brûlés par des supposés Dominicains tandis que d’autres auraient été blessés dans un incident au lieu dénommé  « Madre Fresca » de Jimani, entre Bocha de Cachón et Los Pines de Edén dans la province d’Independencia.

 

Cet incident met en évidence une escalade des violences contre les migrants haïtiens en République dominicaine. Un autre cas d’assassinat, celui de Tony Charles, retrouvé décapité, a été signalé par le Latin American Herald Tribune, dans son édition du 16 octobre 2009.

 

Bien que les autorités des deux pays aient condamné cet acte odieux et annoncé la mise en branle de l’action publique contre leurs présumés auteurs, cette énième barbarie ne traduit-elle pas encore une fois non seulement le manque de fermeté du gouvernement dominicain pour mettre fin à ces agressions et en éviter d'autres, mais aussi l'incapacité du gouvernement haïtien à protéger ses ressortissants en République dominicaine?

 

Le Comité québécois se joint à tous ceux qui ont protesté contre cette tragédie pour exiger un positionnement clair du gouvernement haïtien sur la question des migrants haïtiens et de leurs descendants en République dominicaine.

 

Le Comité québécois saisit aussi l’occasion et lance un appel pressant tant aux hommes politiques des deux pays, afin qu’ils trouvent des solutions justes et durables pour éviter la répétition de tels actes, qu’aux deux peuples de l’île, afin qu’ils collaborent dans le respect mutuel et la solidarité.

 

 

 

Source : Pérard Joseph,

Président

CQRDTHRD

Tél. : (514) 523-2434



Partager