Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Komisyon Jistis ak Lapè Ranmase rapò jiye - sektanm 2009 (n. 32)

27/10/2009

Jistis ak Lapè Achidyosèz Pòtoprens

Sekretarya

Acheveche, ri Sen Loran

Pòtoprens

Tel 2515 4674

 

 

nan kolaborasyon ak

 

Komisyon Episkopal Nasyonal Jistis ak Lapè

Commission Episcopale Nationale Justice et Paix

Secrétariat national

BP 1572

Port-au-Prince  Haïti 6110

Tel  2943 0079 / 2222 7899

www.forumcitoyen.org.ht/jilap

 

 

 

 

Vyolans nan lari zòn metwopolitèn nan

Violence dans la zone metropolitaine de Port-au-Prince

 

 

 

 

 

3 mwa :

Jiyè – out – sektanm  2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Texte en français : voir pages 3 et 10

En cas de citation du rapport, veuillez mentionner la source

 

Rapò 32 – Rapport 32

Komisyon Jistis ak Lapè

Ranmase rapò jiye - sektanm 2009 (n. 32)

 

Ranmase rapò a

 

Komisyon Jistis ak Lapè yo ki nan zòn Pòtoprens lan salye tout jefò k ap fèt pou kreye yon klima sekirite nan peyi a, jefò Lapolis Nasyonal la ap fè, jefò ka p fèt anndan katye popilè yo, gran sosyete a pa konnen, men ki ede sosyete a fè yon pa annavan. 

Pou 3 mwa ki sòt pase yo, jiyè rive sektanm 2009, nou rejistre 179 viktim vyolans : pou piti 64 mouri ak bal, ak pou piti 18 viktim zak lenchaj, 28 moun mouri nan aksidan ak move tan. 

Toujou, pou 66 lòt viktim, yo pa konn lakòz lanmò yo.  Konsa, li difisil pou di vyolans ak bal diminye.  Okontrè, nou konstate jistis popilè (ak zam blanch) ogmante (18 ka).  Pratik sa a fè poze anpil kesyon sou jan anpil moun konsidere moun ak diyite l, epitou sou fonksyon Lajistis ak lapolis nan peyi a. 

 

Nan refleksyon ak analiz sou 32zyèm rapò a, nou gade :

·         Vyolans ak bal ak vyolans k ap fèt nan rache moun.  Vyolans k ap fèt lè yo rale zam sou moun ap ogmante nan dènye tan sa a.  Plizyè zòn anba menas la, sitou kote anpil moun sanble tankou mache piblik yo; men gen lòt zòn tou.  Repons otorite yo ak lapolis bay pa alawotè sa k fèt la.  Anpil zak ensekirite tou fèt ak moto.

·         Nou kontinye atire atansyon popilasyon an sou aksidan k ap fèt sou wout yo e ki gen sous li nan konpòtman chofè ki pran twòp risk, ki pa respekte règjwèt trafik yo.  Anpil machin pa anfòm paske pa gen sèvis enspeksyon.  Yo transpòte moun ak machandiz nenpòt jan.

·         Sitiyasyon ekolojik kapital peyi a frajil anpil.  Boutèy ak anbalaj ki fèt ak plastik se yon gwo pwoblèm.  Pyès moun pa sanble reskonsab.

·         Pou fini, nou siyale lanmò 12 detni nan Penitansye nasyonal la pandan 3 mwa sa yo.  Kondisyon lavi moun ak swen lasante anndan penitansye a pa bon.  Se yon fòm vyolans sa ye.

 

Rekòmandasyon nou yo pale sou:

Sitiyasyon zak vyolans ak bal ak rale zam sou moun

Zam ilegal nan men sitwayen, se yon menas li ye pou sekirite piblik nan peyi a.  Fòk gen yon kad legal ki kòrèk pou jere pwoblèm lan pi byen.  Fòk yo anrejistre tout zam yo.

Lapolis dwe prepare yon plan sekirite ki reponn ak reyalite chak zòn, espesyalman nan sant vil la ak nan mache piblik yo.

Sou kesyon zak rache moun

Fòk Lajistis kreye mwayen pou li rann bon jijman nan yon tan rezonab pou kreye yon santiman sekirite nan sosyete a.

Sou sitiyasyon kou kriminèl sou moto yo

Fòk Lajistis ak Lapolis travay pou konbat tout zak kriminèl k ap fèt ak moto.  Sikilasyon moto dwe fèt jan lalwa mande l.  Chofè moto yo tou dwe respekte règ trafik la.

Sou kesyon sekirite sou wout yo

Dwe genyen pi bon kontwòl sou tout machin k ap fè transpò piblik ak sou kondisyon yo pote moun.  Dwe gen pi bon kontwòl sou konpòtman chofè yo tou.

Sou sitiyasyon ekolojik la

Plizyè travay dwe fèt prese prese nan zòn metwopolitèn nan ki gen awè ak  anviwonman.

Dwe gen bon jan lwa sou kesyon anviwonnman an, pou pwoteje l e pou jere l pi byen. 

Nou kontinye ap plede pou gen pi bon kondisyon lavi anndan sant detansyon yo.

 

Résumé du rapport

 

 

La Commission Episcopale Nationale Justice salue tous les efforts effectués dans la zone métropolitaine en vue de créer un climat de sécurité, les efforts effectués par la Police nationale pour créer un climat de sécurité dans le pays, d’autres efforts entrepris dans les quartiers populaires et méconnus par la grande société, mais qui permettent au pays de faire un pas. 

 

Pendant les 3 mois qui viennent de s’écouler, juillet à septembre 2009, dans la zone métropolitaine, 179 victimes de la violence ont été enregistrées par notre observation.  Au moins 64 personnes sont mortes par balle ; 18 par l’arme blanche ; 28 personnes sont des victimes d’accidents (de voiture surtout, à part les 4 victimes du mauvais temps). 

Dans 65 des cas, la cause de la mort n’est pas registrée.  Ainsi il est difficile d’affirmer avec certitude que la violence armée a diminué.  Par contre les chiffres ont augmenté pour les cas de justice populaire.  Cela soulève la question sur la perception que se font les gens de la dignité de la personne, et surtout sur l’efficacité et le fonctionnement de la Justice et de la police.    

 

Dans les réflexions et analyses dans ce 32ième rapport, nous regardons surtout :

·         La violence commise avec les armes de poing et la justice populaire.  La violence armée lors de braquages a augmenté ces derniers temps, dans plusieurs zones, mais surtout où beaucoup de monde se rassemble comme dans les marchés publics.  La réponse des autorités et de la police n’est pas à la mesure des faits.  D’actes d’insécurité sont commis également par moto.

·         Nous continuons à attirer l’attention de la population sur les accidents de la route et qui trouvent leur origine dans le comportement des chauffeurs qui prennent des risques et qui ne respectent pas le code routier.  Des voitures manifestent des défauts techniques, faute d’un service d’inspection.  Le transport des personnes et des biens se fait dans n’importe condition.

·         La situation écologique de la capitale est fragile.  Les bouteilles et emballages en plastic envahissent les rues; personne ne semble responsable.

·         Pour terminer, nous signalons le décès de 12 détenus au Pénitencier national au cours des derniers 3 mois.  De bonnes conditions sanitaires y font défaut.  Ceci constitue une forme de violence.

 

Les recommandations touchent aux points suivants:

Les actes de violence armée et les braquages

Les armes illégales qui sont en circulation constituent une menace pour la sécurité publique.  Il faut un bon cadre légal pour affronter mieux la question.  Les armes doivent être enregistrées.

La police doit élaborer un plan de sécurité qui correspond à la réalité de chaque zone, surtout au centre Ville et dans les marchés publics

La justice expéditive

La Justice doit créer des moyens pour réaliser de bons jugements dans un délai raisonnable, afin de créer un sentiment de sécurité dans le pays.

La criminalité motorisée

La Justice et la police ont comme devoir de combattre ces actes criminels.  Les motos dans la circulation doivent respecter les lois.  Les chauffeurs de moto sont tenus aux règles du trafic routier.

La sécurité routière

Il faut un meilleur contrôle sur les voitures qui sont engagés dans le transport publique et sur les conditions dans lesquelles elles transportent des passagers.  Il faut plus de contrôle sur le comportement des chauffeurs.

 



Partager