Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Alterpresse

14/05/2009


Nouveaux actes d'agression contre les Haïtiens en République Dominicaine
:
3 Haïtiens mutilés par des Dominicains près de Guayahuco

 

P-au-P, 13 mai 09 [AlterPresse] --- Des ressortissants dominicains ont blessé, le lundi 11 mai 2009 avec des armes blanches, 3 Haïtiens répondant aux noms de Eligène Exavier, Désir Rénold et Charles Nerostène près d'une ferme agricole à Karata non loin de Guayahuco (République Dominicaine) et à quelques kilomètres de TiLori, section communale frontalière de Cerca La Source (Haut Plateau Central), selon les informations obtenues par AlterPresse auprès de la plateforme Groupe d'appui aux rapatriés et réfugiés (Garr).

 

Les victimes, mutilées dans diverses parties de leur corps, notamment une oreille tranchée chacune, ont été attaquées au moment où ils rentraient chez eux à TiLori, après une journée de travail dans des fermes agricoles en République Dominicaine.

Ayant reçu des coups de couteau et de piques au dos, aux fesses et près des côtes, les blessés recevaient encore des soins dans la soirée du 12 mai à l'Hôpital de Tilori, où ils ont été transportés d'urgence, rapporte le Garr.

Des habitantes et habitants de TiLori, protestant contre l'agression subie par les travailleurs, ont retenu en otage un ressortissant dominicain pendant une heure, ce qui a provoqué une vive tension dans la zone.

Des agents spécialisés de la Police Nationale d'Haiti (Pnh) et des militaires de la Mission des Nations Unies de stabilisation en Haïti (Minustah), accourus sur les lieux sur demande de la municipalité de Cerca La Source, ont constaté un retour au calme.

Cependant, les habitants protestataires réclament la mise en place d'infrastructures étatiques dans la zone pour prévenir de nouveaux actes de violence ainsi que le déplacement de compatriotes en quête d'emplois en République Dominicaine.

L'acte d'agression du 11 mai à Karata non loin de Guayahuco, qui fait suite à la décapitation, le samedi 2 mai 2009, du ressortissant haïtien Carlo Mérilus, 20 ans, en plein jour au cœur de Santo Domingo, vient augmenter une liste de plus d'une trentaine de cas de violence, perpétrée par des Dominicains contre des ressortissants haïtiens depuis janvier 2009 en République Dominicaine.


Partager