Adhérents
devenez adhérent
Recherche

CEDH / JILAP / FLHH / GARR

07/04/2009

 

DECLARATION

Les organisations soussignées qui, depuis plusieurs années, ont accompagné le cheminement de la procédure concernant les fonds Duvalier existant encore dans les banques suisses, expriment ici leur position quant à « la remise » de ces fonds et leur « utilisation »


Premièrement --- La remise de ces fonds à l’Etat Haïtien ne saurait être accompagnée de conditions imposées de l’extérieur. Seul, l’Etat, en représentation du peuple Haïtien, doit assumer
la responsabilité de ces fonds qui lui sont remis et de veiller scrupuleusement à la gestion et l’utilisation qui en seront faites et en rendre compte devant la Nation.

Deuxièmement -- La dictature des Duvalier, reconnue comme l’une des plus brutales de la deuxième partie du XXème siècle, a systématiquement utilisé la détention dans des conditions abominables comme l’un des moyens les plus efficaces pour contrôler la population et se maintenir au pouvoir. Certaines prisons, comme le tristement célèbre « Fort-Dimanche », face à la Croix-des-Bossales, peuvent être sans réserve qualifiées de « camp d’extermination ».

Aujourd’hui, il faut constater, plus de 20 ans après le départ des Duvalier, que les efforts pour instaurer l’Etat de Droit, ne se sont pas portés, comme il aurait fallu, sur le système pénitentiaire qui accuse encore l’héritage légué par le régime précédent.

Les séquelles de ce dernier continuent à se faire sentir, en particulier dans les prisons et centres de détention dont les conditions inqualifiables ont été amplement documentées et dénoncées par des rapports officiels d’organisations locales ou de gouvernements et d’institutions internationales, comme le
rapport de l’Institut Vera et celui, tout récent, du Département d’Etat des EUA, pour ne citer que ceux-là.
C’est pourquoi, selon les organisations soussignées, ce qui reste de l’argent provenant des détournements de fonds par la famille Duvalier, devrait servir, en priorité, à humaniser les conditions d’existence des personnes détenues actuellement dans les prisons du pays pour les amener au niveau requis par les normes internationales. Que les fonds Duvalier soient utilisés à ces fins manifesterait symboliquement, éthiquement, la volonté de rupture avec l’ héritage associé à ce nom et tout ce qui avait été conçu et utilisé pour violenter et anéantir la personne humaine.

Cette destination des fonds Duvalier pour la normalisation des conditions d’emprisonnement et de détention nous parait représenter un acte de profonde humanité qui serait soutenu par la nation tout entière.
Ainsi soit fait.

Ont signé, le 30 mars 2009

CENTRE ŒCUMENIQUE DES DROITS HUMAINS ( CEDH )
Jean-Claude Bajeux

COMMISSION EPISCOPALE NATIONALE JUSTICE ET PAIX (JILAP)
P. Jan Hanssens

LA FONDATION HÉRITAGE (FLHH) –Section haïtienne de Transparency International Marilyn Allien

GROUPE d’ APPUI AUX RAPATRIÉS ET RÉFUGIÉS ( GARR ) Serge Lamothe



Partager