Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Reporters sans Frontières

12/10/2005

Français/Kreyol
Reporters sans frontières

Communiqué de presse
10 octobre 2005

HAÏTI
Lettre ouverte aux candidats à l'élection présidentielle des
20 novembre 2005 et 3 janvier 2006
Le futur chef de l'Etat devra rompre avec la culture de l'impunité

A l'attention de
Charles H.J Marie Baker, Marc Louis Bazin, Casimir Bélizaire, Joël Borgella, Philippe Jean-Hénold Buteau, Claude Bonivert, Paul Denis, Hubert Deronceray, Marc Antoine Destin, Joseph Rigaud Duplan, Edouard Francisque, Reynold Georges, Serge Gilles, Gérard Gourgue, Jean Chavannes Jeune, René Julien, Emmanuel Justima, Leslie Manigat, Luc Mesadieu, Samir Georges Mourra, Evans Nicolas, Evans Paul, Frantz Perpignan, Guy Philippe, René Préval, Himmler Rébu, Franck François Romain, Charles Poisset Romain, Judie Roy, Yves Maret Saint-Louis, Jean Jacques Sylvain, Dany Toussaint.

Madame, Messieurs,

La campagne pour les scrutins présidentiel et législatif des 20 novembre et 3 janvier prochains vient de débuter officiellement. Vous vous êtes portés candidats à la fonction de président de la République d'Haïti. Votre candidature, vous le savez, implique une prise d'engagement. Il n'appartiendra pas seulement au futur président d'être le gardien de la Constitution et le garant de l'équilibre institutionnel. En tant que dépositaire du suffrage du peuple haïtien, il portera la responsabilité d'affermir une véritable culture démocratique en Haïti, dont la liberté de la presse constitue l'un des piliers.

La situation des journalistes et des médias est un important révélateur de la santé démocratique d'un pays. Reporters sans frontières, association dédiée à la défense de la liberté de la presse dans le monde, l'a une nouvelle fois vérifié lors d'une mission effectuée en Haïti du 22 au 28 septembre. De cette mission - émaillée de rencontres avec des journalistes, des directeurs de médias mais aussi des avocats, des magistrats, des policiers, des membres d'organisations de défense des droits de l'homme, ainsi qu'avec la ministre de la Culture et de la Communication alors en fonction, Magali Comeau Denis -, il ressort que l'année 2005 laisse un bilan mitigé. Cet état des lieux nous incite à la plus grande vigilance. Nous espérons qu'elle sera partagée et traduite en actes par celle ou celui qui entrera au Palais national le 7 février 2006.

Au cours de ses deux dernières missions en Haïti, en juin 2004 et en septembre 2005, Reporters sans frontières a pu constater une amélioration de la situation de la liberté de la presse depuis la chute du gouvernement de Jean-Bertrand Aristide le 29 février 2004. Les journalistes rencontrés estiment travailler plus sereinement, disposer d'une plus grande liberté éditoriale et ne pas craindre de représailles du pouvoir d'Etat. Néanmoins, ces avancées ne sauraient occulter un contexte d'insécurité toujours alarmant, auquel la presse reste particulièrement exposée.

L'année 2005 s'est inaugurée tragiquement avec le décès de Laraque Robenson, de la radio Tele Contact à Petit-Goâve. Blessé de deux balles, au cou et à la tête, le 20 mars, lors d'une fusillade entre des soldats de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) et d'anciens militaires, le jeune journaliste, âgé de 25 ans, a succombé à ses blessures, le 4 avril, dans un hôpital cubain. Les résultats de l'enquête interne de la MINUSTAH, à qui ont été attribués les coups de feu mortels, n'ont jamais été rendus publics. Cet épisode est venu illustrer les difficultés ponctuelles de coopération entre la force d'interposition internationale et le gouvernement provisoire. De la relation entre la MINUSTAH et le futur gouvernement sorti des urnes dépendra la restauration de l'Etat de droit.

Car à ce jour, la MINUSTAH et les autorités policières et judiciaires d'Haïti ne sont toujours pas parvenues à démanteler l'arsenal de quelque 200 000 armes illégales qui circulent à travers le territoire haïtien. Elles n'ont pas davantage réussi à neutraliser la centaine de gangs qui sévissent en toute impunité et ont fait, depuis un an, du kidnapping leur spécialité. Selon la MINUSTAH, six millions de dollars ont été versés pour des rançons au cours des six derniers mois. Dans ce climat de terreur, la presse haïtienne a, là encore, payé un lourd tribut.

Le 16 juin, Nancy Roc, présentatrice du magazine « Métropolis » à Radio Métropole, a dû quitter précipitamment Haïti après avoir reçu des menaces d'enlèvement par téléphone pendant près d'une semaine. La journaliste, qui enquêtait sur des affaires de trafic d'armes et de drogue, a été obligée de fuir lorsqu'un appel anonyme lui a signifié que son rapt n'était plus qu'une « question d'heures ». Le 11 juin, Richard Widmaier, directeur de Radio Métropole, a échappé de peu à une tentative de kidnapping à Port-au-Prince.

Chroniqueur littéraire et chef du service culturel du quotidien Le Matin, Jacques Roche n'a pas eu cette chance. Enlevé le 10 juillet à Port-au-Prince, le journaliste a été retrouvé assassiné quatre jours plus tard après avoir été torturé avec une extrême cruauté. Il a été établi, au cours de l'enquête, que les ravisseurs avaient d'abord exigé des proches de la victime la somme de 250 000 dollars en échange de sa libération. Il a été également établi que, dans l'après-midi du 11 juillet, la famille de Jacques Roche et la rédaction du quotidien Le Matin avaient versé la somme de 10 000 dollars aux ravisseurs qui, après avoir exigé les 240 000 dollars restants, ont revu la rançon à la baisse et ont exigé, le 13 juillet, 50 000 dollars. Dans l'intervalle, les kidnappeurs ont pris connaissance de l'identité de leur victime, connue notamment pour avoir animé un programme du groupe dit « des 184 » - mouvement d'opposition sous la présidence de Jean-Bertrand Aristide -, diffusé sur la chaîne Télé Haïti et à la télévision nationale. Un journaliste du Matin chargé de négocier avec les ravisseurs s'est entendu dire : « Vous avez fait kidnapper le président Aristide, du coup vous nous avez appris le kidnapping. » A l'origine crapuleux, le rapt de Jacques Roche est devenu une affaire politique.

Tous les auteurs présumés de l'enlèvement appartiennent au gang dit de l' « armée RAT », opérant dans le quartier Bel-Air de Port-au-Prince. Trois d'entre eux ont été arrêtés par la MINUSTAH et la police nationale d'Haïti (PNH) : Roger Etienne alias « Ti Edgard » le 16 juillet, Flaubert Forestal et Jules Mentor, le 22 juillet. Leurs auditions ont révélé que les nommés ou dénommés Alamaskay, « Ti Réginald », Peter Dan Sere (abattu au mois de septembre lors d'une opération de la MINUSTAH), Johnny Céron, Dérosiers Becker alias « Tiyabout » et Nicolas Augudson alias « Général Toutou », chef de l' « armée RAT », ont participé à la séquestration et au meurtre de Jacques Roche. Reporters sans frontières se félicite de la progression rapide de l'enquête mais attend que les suspects encore en liberté soient retrouvés et interpellés dans les plus brefs délais. Leur arrestation porterait un coup sévère à l'emprise de l'« armée RAT » sur le quartier Bel-Air, où la presse haïtienne se plaint toujours de ne pas pouvoir pénétrer. Notre organisation espère également que la procédure permettra d'aboutir à un procès en bonne et due forme.

Car là se situe l'un des enjeux majeurs de la prochaine mandature : le futur chef de l'Etat et, avec lui, le gouvernement sorti des urnes, devront rompre avec la culture de l'impunité qui hypothèque l'avenir démocratique d'Haïti. Reporters sans frontières continuera de militer en faveur de la manifestation de la vérité dans deux dossiers malheureusement emblématiques de cette impunité persistante et des graves dysfonctionnements de la justice qui la favorisent : ceux de Jean Dominique et de Brignol Lindor.

Plus de cinq ans ont passé depuis le double assassinat à Port-au-Prince, le 3 avril 2000, de Jean Dominique, directeur et analyste politique de la radio Haïti Inter, et du gardien de la station Jean-Claude Louissaint. L'enquête, conclue le 21 mars 2003, avait abouti à l'inculpation et à l'incarcération de six individus membres de groupes armés connus sous le nom de « chimères » : Dymsley Milien dit « Ti Lou », Jeudi Jean-Daniel dit « Guimy », Philippe Markington, Ralph Léger, Freud Junior Demarattes et Ralph Joseph. Les trois derniers ont été relaxés en appel le 4 août 2003.

Nous avons été consternés d'apprendre qu'en février 2005, les trois inculpés « Ti Lou », « Guimy » et Philippe Markington, ont profité d'une mutinerie pour s'évader de prison. En septembre 2005, lors de la dernière visite de Reporters sans frontières en Haïti, plusieurs sources proches du dossier Jean Dominique ont confié à notre organisation que « Ti Lou » et « Guimy » se trouvaient aujourd'hui dans la localité de Martissant, près de Port-au-Prince, où ils sont devenus chefs de gang. Comment expliquer que ces hommes n'aient toujours pas été repris et reconduits en prison, alors qu'ils ont été localisés ?

En juin 2004, la délégation de Reporters sans frontières présente en Haïti avait par ailleurs obtenu l'assurance du président de la République par intérim, M. Boniface Alexandre, du Premier ministre, M. Gérard Latortue, et du ministre de la Justice, M. Bernard Gousse, que la procédure serait relancée. Le 29 juin 2004, la Cour de cassation a rendu un arrêt ordonnant l'ouverture d'une nouvelle enquête et la désignation d'un nouveau juge. Or, il aura fallu près d'un an pour qu'un juge d'instruction soit effectivement désignéŠ et dans quelles conditions !

Est-il normal qu'un ministre de la Justice annonce publiquement, le
3 avril 2005 - soit cinq ans jour pour jour après l'assassinat de Jean Dominique - qu'un juge a été saisi de l'affaire alors que ce dernier n'a même pas pu consulter une seule pièce du dossier ? Est-il normal que les courriers adressés à deux reprises par ce même juge à son ministre de tutelle pour demander les moyens nécessaires à l'enquête soient restés sans réponse ? Est-il normal enfin que la promesse de moyens (véhicule, chauffeur, agents de sécurité) faite au juge par le successeur de M. Gousse, M. Henri Dorléans, soit à ce jour restée lettre morte ?

Autant de zones d'ombre qui viennent s'ajouter à celles, trop nombreuses, qui entachent le dossier depuis le début. Le 14 mars 2004, Harold Sévère, ancien adjoint au maire de Port-au-Prince et Ostide Pétion, alias « Douze », ont été arrêtés pour leur implication présumée dans l'assassinat de Jean Dominique. Interpellée pour une autre affaire le 10 mai 2004 à Port-au-Prince, Annette Auguste alias « Só Anne », chargée sous la présidence de Jean-Bertrand Aristide de la coordination des « organisations populaires », a été également mise en cause. Aucune de ces personnes n'a pourtant été soumise au moindre interrogatoire. De même, les déclarations du tueur présumé « Ti Lou », qui avait confié avoir reçu la somme de 10 000 dollars pour exécuter Jean Dominique, n'ont jamais fait l'objet de vérifications. Enfin, la mort suspecte de deux témoins n'a jamais été éclaircie.

Le cas Brignol Lindor est l'autre grand dossier en souffrance qui met en jeu la crédibilité des institutions politiques et judiciaires d'Haïti. Près de quatre ans après l'assassinat, à coups de pierres et de machette, du jeune journaliste de Radio Echo 2000, le 3 décembre 2001 à Petit-Goâve, faut-il se résigner à l'impasse judiciaire ? Le
21 avril 2003, la Cour de cassation avait été saisie par la famille Lindor d'une demande de constitution de partie civile que la cour d'appel lui avait refusée. Depuis plus de deux ans, la plus haute autorité judiciaire d'Haïti n'a toujours pas rendu son arrêt sur ce point de droit, alors qu'elle disposait normalement d'un délai de deux mois pour le faire. Là encore, Reporters sans frontières était intervenue par deux fois, en juin et en novembre 2004, pour demander la reprise de la procédure. Ce retard ajoute au sentiment de révolte et d'incompréhension qu'inspirait déjà une enquête bâclée, conclue en septembre 2002.

Tout semble avoir été fait pour occulter le caractère prémédité et planifié de l'assassinat de Brignol Lindor. Reporters sans frontières se permet de rappeler ici les faits suivants, à l'appui d'un rapport de la Commission citoyenne pour l'application de la justice (CCAJ) transmis au ministre de la Justice en juillet 2004.

Le 29 novembre 2001, soit quatre jours avant l'exécution du journaliste, une conférence de presse s'est tenue à Petit-Goâve, à l'initiative de plusieurs personnalités liées au parti Fanmi Lavalas de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide, dont le maire de Petit-Goâve Emmanuel Antoine et son adjoint Bony Dumay. Ce dernier s'était alors lancé dans un violent réquisitoire contre les opposants de la Convergence démocratique et contre Brignol Lindor, considéré comme un allié de ce groupe politique. Une autre réunion a eu lieu le 2 décembre, veille de l'assassinat, entre des représentants de l'équipe municipale et des membres du groupe armé « Domi nan bwa », lié au parti Fanmi Lavalas. Le 3 décembre au matin, Joseph Céus Duverger, l'un des chefs de « Domi nan bwa », a été attaqué par des partisans présumés de la Convergence démocratique. Cet épisode a servi de prétexte à une action de représailles ciblées contre Brignol Lindor. Pour preuve, une dizaine de membres de « Domi nan bwa » qui s'apprêtaient à exécuter à son domicile Love Augustin, un membre de la Convergence démocratique, l'ont finalement relâché pour s'en prendre à Brignol Lindor, arrivé sur les lieux.

Malgré ces éléments, l'ordonnance du juge Fritner Duclair, rendue le 16 septembre 2002, a exclu de toute poursuite les commanditaires présumés de l'assassinat de Brignol Lindor. Les représentants de la municipalité de Petit-Goâve n'ont jamais été inquiétés. Dix membres du groupe « Domi nan bwa » ayant participé au meurtre ont été inculpés, mais selon l'avocat de la famille Lindor, aucun d'entre eux n'a été incarcéré. Un seul des tueurs présumés, Joubert Saint-Just, a été appréhendé et livré à la police par des habitants de Miragoâne mais pour un autre motifŠ le 30 mars 2005.

Quant aux démarches initiées par le conseil de la famille Lindor, la CCAJ et le Comité de solidarité et de justice pour Brignol Lindor (COSOJUBRIL), elles n'ont jamais trouvé d'écho auprès du gouvernement provisoire, ni auprès du président de la République, lui-même ancien président de la Cour de cassation.

Les différentes affaires qui mobilisent Reporters sans frontières n'ont pas seulement endeuillé la presse haïtienne. Elles ont aussi traumatisé une population et ému la communauté internationale. A son niveau, Reporters sans frontières souhaite soutenir l'effort de démocratisation en Haïti auquel devront répondre les vainqueurs des prochaines élections et au premier chef, le futur président de la République. Pour cela, notre organisation demande que vous vous engagiez à ce que :


- les auteurs, co-auteurs et complices de l'assassinat de Jacques Roche soit jugé dans les meilleurs délais,

- la Cour de cassation statue au plus vite sur le dossier Brignol Lindor et que soit nommé un nouveau magistrat instructeur,

- la police nationale d'Haïti arrête les assassins présumés de Jean Dominique actuellement en liberté au su et au vu de tout le monde,

- de réels moyens d'investigation soient fournis au magistrat instructeur dans cette même affaire,

- une coopération accrue soit mise en ¦uvre entre institutions judiciaires et policières dans le traitement des affaires de presse,

- les associations de défense des droits de l'homme, dont la CCAJ et le COSOJUBRIL, soient associées à toute commission d'enquête ou mission parlementaire destinée à faire la lumière sur l'activité des groupes armés encore actifs. Que le futur gouvernement fasse d'elles de véritables partenaires dans la restauration de l'Etat de droit,

- les pouvoirs de l'Etat issus des prochaines élections s'engagent réellement à renforcer le système judiciaire haïtien, particulièrement le système pénal, et que cesse l'impunité en Haïti.


En espérant que vous prendrez ces engagements devant le peuple haïtien et que vous les tiendrez si vous êtes élu, veuillez agréer, Madame, Messieurs les candidats, l'expression de nos salutations respectueuses.

Reporters sans frontières

____

AYITI
Lèt l'ouvwi pou tout kandida kap patisipe nan eleksyon 20 novanm 2005 ak 3 janvye 2006
Moun ki gen pou-l Pwesidan-an dwe koupe fache ak kesyon enpinite-a.

Pou :
Charles H. J. Marie Baker, Marc Louis Bazin, Casimir Bélizaire, Joël Borgella, Philippe Jean-Henold Buteau, Claude Bonivert, Paul Denis Hubert Déronceray, Marc Antoine Destin, Joseph Rigaud Duplan, Edouard Françisque, Reynold Georges, Serge Gilles, Gerard Gourgue, Jean Chavannes Jeune, René Julien, Emmanuel Justima, Leslie Manigat, Luc Mesadieu, Samir Georges Mourra, Evans Nicolas, Evans Paul, Frantz Perpignan, Guy Philippe, René Préval, Himmler Rébu, Franck François Romain, Charles Poisset Romain, Judie Roy, Yves Maret Saint-Louis, Jean Jacques Sylvain, Dany Toussaint.

Mesye-dam,

Kanpay pou eleksyon pwezidansyèl ak legislativ 20 novanm ak 3 janvye kap vini-an fèk louvwi ofisyèlman. Ou menm ki enskwi kòm kandida pou pòs pwezidan nan peyi d'Ayiti.Kòm ou konnen, kandidati-w la se yon angajman lè-w' fin pwezidan ou pap sèlman gadyen konstitsyon-an ak lòt enstitisyon peyi-a. Antan ke moun pèpla ka swazi, ou gen yon gwo reskonsablite sou do-w pou-w fè respekte tou règ demokwatik yo nan peyi-a, libète lapwès se youn nan poto mitan yo.

Sitiasyon jounalis ak media yo gen yon enpòtans kapital pou sante demokwatik yon peyi. Repòtè san fontyè se yon òganizasyon ki la pou veye sou libète lapwès nan lemond, nan yon misyon ke-n te fè nan dat kite 22 ak 28 sektanm nan peyi-a nou konstate-l yon lòt fwa. Nan misyon sa-a nou te rankontwe ak jounalis, direktè medya yo, avoka, jij yo, polisye, akmanm òganizasyon kap defann dwa moun, nou te rankontwe tou ak minis kilti ak kominikasyon ki la-a madanm Magali Comeau Denis, yo konstate ke lane 2005 lan se yon lane melanje. Konstatasyon sa-a fè nou pwan plis pwekosyon. Nou ta espere moun kap antwe nan palè-a 7 fevwiye 2006 la ta pwan bagay sa-a yo avèk anpil enpòtans.

Nan 2 dènye misyon nou te fè an Ayiti nan mwa jen 2004 ak sektanm 2005, Repòtè san fontyè te konstate genyen amiliorasyon nan libète lapwès-la depi apwè gouvènman Aristide-la fin tonbe 29 fevwiye 2004-la. Jounalis nou te rankontwe yo di ke yo travay pi kal, yo genyen plis libète pou yo di sa yo panse e yo pa pè atak pouvwa leta-a. Men sa pa vle di ke jounalis yo travay san difigilte akoz ensekirite-a ki toujou la.
Lane 2005 lan te kòmanse twè mal avèk lanmò Laraque Robenson, ki tap twavay nan radyo tele kontak nan tigwav. Li te pwan 2 bal youn nan kou lòt-la nan tèt, jou ki te 20 mas lè te gen tire ant MINUSTAH ak ansyen militè yo, jenn jounalis sa-a ki te gen 25 lane te rive mouri nan yon lopital Kiba jou ki te 4 avwil-la. Resilta ankèt ke MINUSTAH tap menen-an pa janm pibliye, sa rete antwe-yo. Bagay sa-a yo vinn mete yon fwadè ant MINUSTAH ak gouvènman pwovizwa-a.

Relasyon MINUSTAH avèk gouvènman ki pwal eli-a pwal depann ak retou eta de dwa. Jounen jodia, MINUSTAH, lapolis ak la jistis poko ka gen kontwòl pwè 200.000 zam ilegal kap sikile nan kat kwen peyi d'Ayiti.

Yo poko rive mete fwen ak yon santènn gann kap simen latèrè e kifè kidnaping kòm pwensipal aktivite kap rantwe lajan pou yo depi 1 nan. Dapwè MINUSTAH, yo bay kidnapè yo 6 milyon dola pou liberasyon moun yo kindnape pandan 6 dènye mwa sa yo. Nan moman difisil sa yo lapwès an Ayiti se pi gwo viktim.

Jou kite 16 jen-an, Nancy Roc, yon jounalis kite konn fè yon emisyon yo rele "Metropolis" nan radyo metwopòl, te oblije kite Ayiti apwè-l te finn pase yon semèn ap resevwa menas kidnaping nan telefòn. Jounalis-la tap ankete sou afè trafik zam ak dwòg, li te oblije pati lèl' te vin konnen yo rive nan dènye bout pou yo kidnape-l'. 11 jen, Richard Widmaier, direktè radyo metwopòl-la te rive sove nan yon atak kindnapè yo te fè sou li nan pòtopwens.

Jacques Roche, jounalis, chèf sèvis kiltirèl nan jounal "lematen", pat gen chans. yo kidnape-l jou ki te 10 jyè nan pòtopwens apwè 4 jou li mouri anba mati. Dapwè enfòmasyon, kidnapè yo te ekzije fanmi-l pou yo bay 250.000 dola. Enfòmasyon yo di tou 11jyè nan apwè midi, fami Jacques Roche ak sal nouvèl jounal lematen-an te bay kidnapè yo 10.000 dola apwè yo ekzije pou yo bay rès 240.000 dola kirete-a. 13 jyè yo mande 50.000 dola.Lè yo vin konnen kiyès moun yo kidnape-a, e yo konnen l' te anime yon emisyon pou goup 184, yon mouvman opozisyon diran Jean Bertrand Aristide te sou pouvwa-a, ki te konn pase sou tele Ayiti ak televizion nasyonal. Yon jounalis nan jounal lematen ki te chaje pou l' negosye avek bandi yo, tande yo di "ou fè kidnape pwezidan Aristide menm tan sa-a ou moutwe nou kidnape". Nan moman sa-a afè Jacques Roche-la vin tounen yon bagay politik.

Tout bandi sipoze ki te patisipe nan pwan Jacques Roche-la se manm gwoup "rat pa kk" kap simen la tèrè nan katye bèlè pòtopwens. MINUSTAH ak polis nasyonal-la te arete 3 ladan yo: Roger Etienne alias "Ti Edga" 16 jyè, Flaubert Forestal avèk Jules Mentor, 22 jyè. Dapwè sa yo di, moun yo rele Ala maskay, "Ti Reginald" Peter Dansere (mouri nan sektanm nan yon entèvansyon MINUSTAH) Johnny Céron, Dérosiers Becker alias "Ti yabout" avèk Nicolas Augudson alias "général toutou" chèf "rat pa kk" yo te patisipe nan anlèvman e touye Jacques Roche. Repòtè san fontyè kontan paske ankèt sa-a mache rapid men li ta renmen pou bandi sipoze yo ki ap mache lib-e-libè yo jwenn yo e arete yo nan yon tan ki pa twò long. Arestasyon moun sa-a yo ap pote yon gwo kou pou kwaze "rat pa kk-a" nan katye bèlè, kote jounalis yo toujou ap plenyen yo paka antre. Òganizasyon-an espere ke ap gen yon pwose san paspouki.

La-a pwal genyen yon gwo twavay sou do moun kap pwezidan-an: moun ki pwal prezidan ak gouvènman kap soti nan eleksyon-an dwe koupe fache ak safè enpinite-a ki bay demokwasi-a gwo poblèm an Ayiti. Repòtè san fontyè ap kontinye milite pou verite blayi nan 2 gwo dosye ki jis ka prezan pa janm gen swivi pa Jean Dominique-la ak Brignol Lindor.

Plis pase 5 lane depi yo te asasinen Jean Dominique direktè, analis politik radyo Ayiti entè ak Jean Claude Louissaint gadien estasyon-an jou ki te 3 avwil 2000-la nan Pòtopwens. Rezilta ankèt yo te bay 21 mas 2003-a te enkilpe e fè arete 6 moun ki te fè pati yon goup "chimè" Dymsley Milien alias"Tilou" Jeudi jean Daniel Ki gen ti non " Guimy", Pilippe Markeington, Ralph Leger, Freud Junior Demaredtes avèk Ralph joseph. 3 dènye yo te lage jou ki te 4 out 2003-a nan kou dapèl.

Nou apwann nan mwa fevwiye 2004 lè te gen yon soulèvman nan pwizon-an "Tilou" Guimy ak Philippe Markington te pwofite pou yo chape poul yo. Nan mwa sektanm 2005, dènye vwayaj nou te fè Ayiti Repòtè san fontyè te apwann nan yon sous ki pwòch dosye Jean Dominique-la ke tilou akGuimy nan zòn Matisan jounen jodi-a yon kote ki tou pwe pòtopwens kote yo se chèf gann. Kòman-w ta fè konpwann nèg sa-a yo toujou ap sikile san kèkase, menm lè yo konn kote yo ye.

Nan mwa jen 2004 te gen yon delegasyon repòtè san fontyè an Ayiti yo te rankontwe ak pwezidan pou yon ti bout tann, M. Boniface Alexandre, pwemye minis Latortue ak ansyen mini jistis-la mèt Bernard Gousse, yo te di nou ke pwosedi-a pwal kòmanse. Jou ki te 29 jen 2004 la kou kasasyon-an te bay yon òdonans pou louvwi yon lòt ankèt. te gen pwèske 1 nan lè yo te resi nonmen yon jij enstwiksyon, yo pa menm ba l' mwayen pou l' twavay.

Èke-l nòmal pou yon minis jistis anonse piblikman jou ki te 3 avwil 2005 lan 5 lane jou pou jou apwè asasina Jean Dominique-la ke yon jij gen dosye-a nan men-l alòs ke jij sa-a pat gentan wè menm yon pès nan dosye sa-a? Èske-l nòmal apwe 2 lèt ke jij d'estwiksyon-an voye bay minis jistis-la pou-l mande-l materyel nesesè pou-l fè twavay-la rete san repons? Èske-l nòmal pou menm minis jistis ki la kounye-a Mèt Henry Dorleans pa bay bagay sa yo te pwomèt yo:(machinn, chofè, ak sekirite).

Anpil bagay ki vinn fè nou pawè klè nan dosye sa-a depi nan kòmansman. jou ki te 14 mas 2004-la Harold Sevère ansyen majistwa an apwe pòtopwens-la ak Ostide Petion ki gen yon ti non "douz" yo te arete-yo paske yo sispèk yo mele nan asasina Jean Dominique-la. Annette Auguste ke yo rele "sò Ann" ki te reskonsab OP sou gouvènman Aristide-la yo te arete-l jou kite 10 me 2004-la nan pòtopwens, li vinn antwe nan lo-a tou. Lajistis pajanm entèroje okenn nan moun sa-a yo. menm apwe "tilou" te finn deklare yo te bal 10.000 dola pou-l touye Jean Dominique yo pajanm mennen ankèt sou sa. Pou-n fini, pa janm gen yon limiè ki fèt nan lanmò 2 gwo temwen nan dosye sa-a.

Zafè Brignol Lindor-a se yon lòt gwo dosye kap soufwi e ki fè moun pa fè enstitisyon nan peyi d'Ayiti konfians. Jounalis radyo Eko 2000-la ke yo te touye ak kout wòch ak manchèt jou ki te 3 desanm 2001-an nan Tigwav gen pwèske 4 lane, dosye sa-a toujou rete nan tiwa? Jou ki te 21 avwil 2003-a Fanmi Lindor te pote dosye sa-a nan kasasyon paske lakou dapèl te refize yo kòm pati sivil. Depi plis pase 2 an pi gwo otorite lajistis-la pa janm pwan okenn desizyon sou zafè sa-a alòske yo te dwe pwan 2 mwa pou fèsa. Repòtè san fontyè te vini 2 fwa nan dosye sa-a, an jen ak an novanm 2004, pou mande repwann posedi-a. Reta sa-a fè nou vinn gen anpil poblèm sitou apwe enkèt bouyi-vide ke yo te bay nan sektanm 2002-a.

Tout bagay sa yo fè nou wè te gen yon planifikasyon ak yon pweparasyon pou touye Brignol Lindor. Repòtè san fontyè pèmèt li pou-l redi bagay sa- yo sitou avèk yon rapò Comité citoyenne pour l'application de la justice (CCAJ) yo te bay minis jistis la nan mwa jiyè 2004.

Jou ki te 29 novanm 2001-an swa 4 jou avan asasina jounalis-la, te gen yon konferans de pwès ke patizan fanmi lavalas yo te bay nan Tigwav, Emmanuel Antoine ki te majistwa ak Dumay Bony ki te majistwa an pwe. Bony te voye yon apèl vyolans kont manm konvèjans demokwatik yo ak Brignol Lindor kel te di ki te manm gwoup sa-a. Jou ki te 2 desanm 2001-an, te gen yon lòt reinyon ki te fèt ak manm "dòmi nan bwa" se yon gwoup chimè ki mare sosis yo ak fanmi lavalas. Jou ki te 3 desanm-nan nan maten Joseph Ceus Duverger youn nan chèf bann (dòminan bwa-a) te viktim yon atak ke yo di se manm konvèjans demokwatik-la ki te fèl. Bagay sa-a vinn sèvi pwetèks pou touye Brignol. Nou gen pwèv ke yon dezyèm manm dòmi nan bwa ki te pwèt pou touye Love Augustin la kay-li, (Love se te yon manm konvèjans demokwatik) yo te vinn lage-l pou yo pwan Brignol ki tap pase nan zòn nan.

Malgwe bagay sa-a yo jij Fritzner Duclaire te bay yon òdonans jou ki te 16 sektanm 2002-a kote li te retire tout pouswit kont moun ki te sèvo pwezime asasina Brignol Lindor-a. Ansyen majistwa tigwav yo pat janm enkyète. 10 manm gwoup ame dòmi nan bwa-a ki te patisipe nan asasina-a li te enkilpe yo, mèm dapwè avoka fanmi Lindor yo pat arete okenn nan yo. Yon sèl nan bandi sipoze sa-a yo, Joubert Saint just ke popilasyon-an te pwan nan Miragwann li te bay lapolis jou kite 30 mas 2005-lan, men se pou yon lòt zafè.

Pou sa ki konsène demach fanmi Lindor, CCAJ, ak COSOJUBRIL pa janm jwenn okenn swit bò kot pouvwa enterimè-a, ni bò kot pwezidan Alexandre ki se ansyen chèf nan lakou kasasyon-an.

Tout bagay sa-a yo mobilize repòtè san fontyè pa sèlman met dlo nan je jounalis nan peyi d'Ayiti. bagay sa-a yo fè popilasyon-an pè yo atire atansyon kominote entènasyonal-la. Repòtè san fontyè swete soutni nan nivo pa-l demokwasi nan peyi d'Ayiti, kote pwochen pwezidan peyi-a pwal gen pou-l reponn. Pou bagay sa yo oganizasyon-an mande ke w angajew pou:

- Pou otè ak konplis nan asasina Jacques Roche yo jije nan yon tan ki pa twò lonn,

- Lakou kasasyon chita vit sou dosye Brignol Lindor-a e ke yo nonmen yon lòt jij d'enstwiksyon,

- Ke lapolis-la arete tout bandi sipoze nan lanmò Jean Dominique-la kap flannen lib-e-libè,

- Ke yo bay bon moyen pou jij yo fè twavay yo,

- Pou gen yon bon kolaborasyon ant jij d'enstwiksyon yo ak polis kap twete zafè lapwès-la,

- Òganizasyon kap defann dwamoun, kòm CCAJ ak COSOJUBRIL dwe asosye ak tout komisyon ankèt oubyen misyon palemantè ki la pou fè limyè sou aktivite gwoup ame ki toujou ap fwape yo. Ke pwochen gouvènman-an ka vinn patnè yo nan etablisman etadedwa-a,

- Pou pwochen gouvènman kap soti nan eleksyon yo angaje-l tout bon vwe nan ranfòsman sistèm lajistis-la nan peyi d'Ayiti espesyalman sistèm penal-la pou enpinite fini nan peyi-a,

Nou espere ke-w pwalpwan angajman devan pèp Ayisyen-an e ke wap kenbe yo si-w genyen.

Chapo ba pou w

Repòtè san fontyè

--

Benoît Hervieu
Despacho Américas / Americas desk
Reporters sans frontières
5, rue Geoffroy-Marie
75009 Paris - France

tél. : +33 (0) 1 44 83 84 68
fax : +33 (0) 1 45 23 11 51
e-mail : ameriques@rsf.org
/ americas@rsf.org



Partager