Adhérents
devenez adhérent
Recherche

GARR

12/03/2009



Assassinat d’un médecin haïtien en République Dominicaine


11 mars 2009



Milot Lapointe, un médecin haïtien de 35 ans, a été assassiné par balles, le 8 mars 2009 dans la région de Bonao-Vega en République Dominicaine. La victime se rendait à Dajabon en compagnie de son filleul et d’un ami. Atteint de 5 projectiles, Dr Lapointe a été transporté d’urgence à l’Hôpital Juan Bosch de la Vega où il a succombé à ses blessures.

L’un des survivants a indiqué que le Dr Lapointe recevait des appels d’inconnus tout au long du voyage. Son véhicule, une Toyota Hilux 2008, était suivi par une camionnette Nissan, grise, double cabine avec les feux de détresse allumés. Voulant s’assurer s’il s’agissait de connaissances, le médecin a observé un arrêt. Quatre (4) occupants de la Nissan ont alors fait feu en sa direction. Ils l’ont ensuite extrait du véhicule et abandonné sur la chaussée après l’avoir dépouillé de 40000 pesos et de $US 500. Quelques heures plus tard, à San Francisco de Macoris, la police dominicaine allait retrouver incendiée la voiture du médecin que les bandits avaient emportée.

Cet acte ressemble davantage à un règlement de compte qu’à un vol, selon une source policière locale. «Les agresseurs ont voulu manifestement effacer tout indice en vue de compliquer le travail des investigateurs», ajoute la même source.

Présents au moment du constat, les représentants de l’Ambassade d’Haïti à Santo Domingo et de la Fondation Zile ont exhorté les autorités dominicaines à diligenter une enquête sérieuse en vue de déterminer les auteurs du crime.

Dr Milot Lapointe laisse un enfant de 2 ans, Milot Emmanuel, et une veuve également médecin, Dr Juana Martinez, originaire de San Francisco de Macoris, ville où ont été chantées les funérailles du professionnel haïtien, dans l’après-midi du 11 mars 2009.

Professeur à l’Université Autonome de Santo Domingo (UASD) où il a étudié la médecine, Dr Milot Lapointe s’était taillé une excellente réputation dans les milieux universitaires dominicains.

Le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) adresse ses condoléances émues aux proches de la victime et la communauté estudiantine haïtienne et dominicaine.

Lisane André
Responsable de la Section
Communication &Plaidoyer



Partager