Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Adoption en France

21/01/2009


article de Libération, Lundi 19 janvier 2009.

Les adoptions d’enfants étrangers en hausse



Les enfants haïtiens sont majoritaires parmi les 3.266 enfants étrangers adoptés en France en 2008, devant les Ethiopiens, alors que le nombre total des adoptions internationales a augmenté de 3% en un an, selon les chiffres officiels du Quai d’Orsay, publiés lundi.

Le nombre des adoptions internationales en France a légèrement augmenté en 2008, indique lundi le quai d’Orsay, confirmant le chiffre annoncé vendredi par Yves Nicolin (Agence française de l’adoption), après une forte baisse de 20% observée entre 2006 et 2007.

Les principaux pays d’origine en 2008 ont été: Haïti (731 adoptions), l’Ethiopie (484), la Russie (315), la Colombie (305), le Vietnam (284).

La hausse de 2008 correspond essentiellement à l’arrivée d’un plus grand nombre de petits Haïtiens (731 contre 403 en 2007), alors que la Colombie, où une grève des magistrats a bloqué les dossiers, a vu baisser le nombre des adoptions, au nombre de 375 en 2007.

Le nombre d’adoptions individuelles a légèrement baissé, représentant 37,1% des adoptions en 2008 contre 38% en 2007. Les OAA (organismes agréés pour l’adoption) ont mené 42,9% des adoptions en 2008 (42% en 2007).

Enfin, le nombre des adoptions accompagnées par l’AFA (Agence française de l’adoption) a baissé de près de 3% (17,8% en 2008 contre 19% l’année précédente).

Le total n’atteint pas 100% car il faut ajouter les adoptions réalisées par des résidents français dans les pays où ils séjournent.

L’amélioration de 2008 est liée, estime-t-on au Quai d’Orsay, à une «reprise en mains» par le ministère des problèmes liés à l’adoption, «immédiatement après le rapport Colombani» remis au gouvernement au printemps et qui critiquait le manque de coordination du dispositif français d’adoption. «Dès qu’un problème a émergé, comme l’allongement des procédures en Haïti, ou la grève des magistrats en octobre en Colombie qui a bloqué le traitement des dossiers d’adoption, il a été géré avec succès», explique-t-on.

Par ailleurs, un fonds de coopération doté de 3 millions d’euros a été créé, pour développer l’aide aux orphelinats dans les pays d’adoption, mais «pas uniquement dans la perspective de fournir en gamins les familles françaises».

Des volontaires de l’adoption internationale, réunis lundi par Rama Yade, secrétaire d’Etat chargée des affaires étrangères, vont également être mis en place progressivement dans tous les pays d’adoption pour aider les familles.



Partager