Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Médecins du Monde

06/01/2009


La fermeture précipitée des abris provisoires dans lesquels les victimes des cyclones Hanna et Ike (fin août 2008) étaient regroupées, au cœur de la ville des Gonaïves (Haïti), vient encore aggraver une situation humanitaire inquiétante en termes d’accès aux soins et de garantie des droits fondamentaux des individus.

Travaillant depuis début septembre 2008 sur un programme de soins de santé primaire aux Gonaïves, Médecins du Monde (MdM) est aujourd’hui extrêmement préoccupé par les conséquences de la réinstallation de 2111 familles déplacées, soit plus de 10000 personnes, dans leurs quartiers d’origine, dévastés par les différents cyclones et toujours insalubres.

MdM intervient dans les abris provisoires pour apporter l’aide nécessaire aux personnes sinistrées, et ceci en collaboration avec les autorités sanitaires et administratives du département. A ce jour, MdM a réalisé plus de 17 000 consultations et pris en charge environ 200 enfants malnutris.

A la veille de la nouvelle année, les autorités gouvernementales ont décidé sans concertation avec la communauté internationale de fermer définitivement les abris provisoires situés au cœur de la ville et de pousser la population à réintégrer les quartiers sinistrés. Pourtant, aucune solution alternative réelle n’est proposée, faisant craindre une dégradation rapide de la situation humanitaire.

Les personnes déplacées n’ont pas reçu d’information claire ni de vraie garantie quant à leur retour. Par ailleurs, leur avis n’a été que très rarement pris en considération et la participation des déplacés eux-mêmes dans tout le processus de planification au retour n’a pas été mise en œuvre.

Du point de vue du droit international, un tel retour risque de ne pas respecter les principes directeurs relatifs au déplacement des personnes à l’intérieur de leur propre pays, notamment parce que les moyens nécessaires à la réintégration des personnes déplacées dans leur lieu d’origine ne sont pas mis en oeuvre.

Médecins du Monde condamne cette politique de retour et demande aux autorités de mettre en œuvre dans les plus brefs délais un processus concerté d’accompagnement afin d’offrir une meilleure protection aux personnes déplacées et de garantir un suivi approprié de ces familles vulnérables.

Site Internet: www.medecinsdumonde.org



Partager