Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Cyclones en Haïti

09/09/2008



Extrait de notre bulletin d'information hebdomadaire  "Une Semaine en Haïti"



>>> Le cyclone Ike fait de nouvelles victimes


Le cyclone Ike est passé loin au large des côtes du Nord d’Haïti. Il a cependant provoqué de fortes pluies quelques jours après les trombes d'eau qui ont accompagné Hanna. Dans la nuit de samedi à dimanche, Ike aurait causé plus de 60 morts, dont une cinquantaine dans la ville de Cabaret, située au nord de Port-au-Prince. Le dernier pont reliant les Gonaïves au reste d’Haïti (par la route de Mirebalais) a été détruit.

Selon l’Associated Press, les quatre tempêtes Fay, Gustav, Hanna et Ike ont causé la mort d’au moins 319 personnes. On redoute maintenant la tempête Joséphine. Et la saison cyclonique ne s’achèvera qu’à à la fin du mois de novembre. En outre, un barrage sur l’Artibonite va être ouvert, ce qui risque de causer de nouvelles victimes si les riverains n’évacuent pas leur maison ou leurs abri à temps comme l’a demandé sur Radio Nationale le ministre de l’Agriculture.

>>> Situation catastrophique aux Gonaïves

Aux Gonaïves, 70 000 personnes étaient sans abri à la fin de la semaine dernière. Après avoir dû affronter quatre jours de pluies, des milliers de personnes erraient dans la ville, encore à moitié inondée, à la recherche d’un abri, de nourriture et d’eau potable. Beaucoup ont tout perdu, alors que les prix sont montés en flèche. Des milliers de personnes ont fui la ville, surtout à l’annonce de l’arrivée prochaine de nouveaux cyclones. Mais n’ayant nulle part où aller, certaines ont déjà pris le chemin du retour.

Des chiffres contradictoires circulent quant au nombre des victimes aux Gonaïves. Samedi, le commissaire de police Ernst Dorfeuille a démenti avoir déclaré que 495 corps avaient été découverts aux Gonaïves. Il ne pouvait confirmer que 32 morts dans cette ville. De son côté, une porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU à Genève déclarait à l’AFP: "le bilan augmente d'heure en heure", ajoutant qu'"en se basant sur les informations du gouvernement, on en est à plus de 500 morts" liés à la tempête Hanna. Selon elle, quelque 250 000 personnes ont besoin d'assistance humanitaire sur les 350 000 qui vivent dans la ville des Gonaïves.

Vents violents, inondations, éboulements, glissements de terrain, tous les départements d’Haïti ont été touchés par le passage d’Hanna. De nombreuses villes et bourgades inondées restent inaccessibles. Le nombre de 750 000 personnes touchées par la catastrophe a été avancé.

Jeudi dernier, la Direction de la protection civile affirmait que 163 personnes avaient perdu la vie en dehors des Gonaïves, dont 119 dans l’Artibonite. Pour sa part, AlterPresse (www.alterpresse.org) indiquait dimanche que « selon un nouveau bilan provisoire établi par la Protection civile, 1172 cadavres ont été retrouvés après le passage d’Hanna, dont la majeure partie dans l’Artibonite ». Des dizaines de milliers de personnes ont dû abandonner leur maison et la Direction de la protection civile a de multiples besoins pour venir en aide aux réfugiés. Des routes sont coupées, des ponts ont été emportés par les rivières en crue, des plantations ont été détruites. Le département du Sud, notamment la commune de Charbonnières, a été particulièrement affecté par les inondations et les destructions. Certains quartiers de la ville des Cayes ont été recouverts par deux mètres d’eau.


>>> Appel à l’aide internationale

"Haïti a demandé officiellement l'assistance internationale", a indiqué vendredi la porte-parole à Genève du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU. "L'ONU est en train de préparer un appel d'urgence international" pour récolter des fonds, a-t-elle précisé.

L'Union européenne a décidé de débloquer 2 millions d'euros (en plus d'une première aide équivalente annoncée auparavant pour les victimes de Gustav dans l'ensemble des Caraïbes). Ces fonds seront gérés par le Programme alimentaire mondial, l'Unicef, la Croix Rouge espagnole et Oxfam Grande-Bretagne.

Le Canada a annoncé samedi qu’il verserait 600 000 dollars pour Haïti, dont 400 000 iraient à Médecins du monde. Les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, la Suisse et encore l'Espagne, ont annoncé l'envoi d'aide humanitaire. Le gouvernement dominicain envoie lundi une contribution en aliments et en matériel sanitaire estimée à environ 300 mille dollars. Durant quelques jours, 17 médecins offriront leurs services dans cinq cliniques mobiles, avec le renfort de 20 étudiants en médecine haïtiens d’une université de Santiago.

Jusqu’à vendredi, l’aide arrivait lentement aux Gonaïves, dont l’accès était très difficile, la route nationale étant inondée. Des hélicoptères ont permis de secourir des gens ayant trouvé refuge sur des toits. L’Ong CARE a réussi à apporter de l’aide en empruntant d’autres routes avec des 4X4. Un garde-côte des Etats-Unis a également pu apporter des secours ; un navire-hopital portant des hélicoptères est attendu lundi.

Une première cargaison importante de 33 tonnes de vivres a été fournie vendredi par le Programme alimentaire mondial (PAM) qui a affrété un bateau. Ancré dans un port privé, près des Gonaïves, il est gardé par des Casques bleus. Des distributions d’eau et de biscuits protéinés ont commencé samedi dans les abris d’urgence, mais les camions chargés d’aide circulent difficilement dans la ville.

Alain Joyandet, le secrétaire d’Etat français chargé de la Coopération et de la Francophonie, effectue une visite en Haïti lundi 8 et mardi 9 septembre. Selon le Quai d’Orsay, « en fonction de l’évolution de la situation et des besoins qui seront exprimés, la France annoncera une contribution exceptionnelle au titre de l’aide d’urgence et de la reconstruction ». Une frégate française, équipée d’un hélicoptère de reconnaissance, a appareillé dans la nuit du 4 septembre de Santo Domingo afin de faire un bilan de la catastrophe.


>>> Des ONG françaises se mobilisent dans le domaine de la santé

Médecins du Monde, qui se se mobilise autour des villes de Jérémie et de Grand Goâve, a mis en place un dispositif de cliniques mobiles et effectue des dons de médicaments aux autorités sanitaires locales. Une équipe médicale et logistique de six personnes est partie samedi pour le nord d’Haïti afin d’évaluer les besoins médicaux de cette zone.

Jeudi, une première équipe de Médecins sans frontières (MSF), composée de huit personnes, a pu rejoindre les Gonaïves et remettre en service le centre de santé du quartier de Raboteau. Ce centre est aujourd'hui la seule structure de santé de la ville en état de fonctionner après les inondations. Vendredi, MSF a pu recevoir 110 personnes en consultations, soigner 49 blessés et pratiquer 16 opérations. MSF souligne que l'absence d'eau potable, due à la contamination des sources et du réseau, représente un véritable enjeu. Ces inquiétudes sont renforcées par le manque de personnel médical, qui aurait lui-même fui la ville. A la fin de la semaine dernière, MSF n’était pas encore en mesure de se rendre dans de nombreux quartiers inaccessibles et ne pouvait procéder à une évaluation complète de la situation sanitaire. Un médecin de MSF s'est rendu à Saint-Michel de l'Attalaye, où 400 personnes étaient bloquées depuis 5 jours sans eau et sans nourriture.

La Croix-Rouge française envoie un avion contenant des kits de première nécessité ce lundi 8 septembre. A la demande de la Croix-Rouge haïtienne, c’est dans le département de l’Artibonite que l’action de la Croix-Rouge française se concentrera.

Quelques adresses pour faire des dons :


Plate-forme des associations franco-haïtiennes : chèques à l'ordre de "PAFHA Urgence Haïti", à envoyer à PAFHA, 35 rue de l'Eglise, 75015 Paris.

France Amérique Latine collecte de l’argent pour aider les populations cubaines et haïtiennes. Dons à l’ordre de « France Amérique Latine » au 37 bd Saint Jacques -75014 Paris, avec au dos du chèque l’inscription : « Solidarité ouragan Cuba Haïti ».

Croix-Rouge française : adresser les chèques à « Croix-Rouge française URGENCE CYCLONE ANTILLES », 75678 Paris cedex 14. Il est aussi possible de faire des dons par internet (http://www.croix-rouge.fr/goto/aide/don/index.asp?action=PF208)

L’ambassade d’Haïti (10 rue Théodule-Ribot, 75017 Paris) a ouvert un compte bancaire : « Ambassade Haïti MAE Dons Cyclones ». Il serait également possible de déposer des dons en nature dans ses locaux (renseignements : 01 47 63 47 78).



Partager