Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Gens de la Caraïbes

29/04/2008


Césaire est mort, vive Césaire


cesaire-signature-20-02.jpgA l'heure où la question de la race revient sur le podium, Aimé Césaire, lui, s'en va. Mais certainement pas son oeuvre qui depuis ce funeste jeudi a gagné d'autres publics de tout âge, de tout milieu, de toute chapelle politique.

Au stade de Dillon, ce dimanche 20 avril, c'est le poète que les politiques ont célébré. C'est l'homme politique que les poètes ont acclamé. C'est l'homme d'actions que les hommes ont accompagné.

Diabolisé en Martinique de 1945 à 1981, en trois jours de deuil et de veillée, l'île a suivi un séminaire dense sur l'oeuvre poétique et les actions de Césaire orchestré par les media locaux.

Beaucoup d'entre nous ont été renvoyé à un état de méditation profonde, où nous nous sommes retrouvés au fond de nous mêmes à réfléchir sur le parcours de cet homme qui a bien vécu et semble être parti en paix malgré des épisodes vécus comme des blessures (en particulier la loi sur la départementalisation de 1946 dont il était le rapporteur pour satisfaire le voeu du peuple martiniquais).

Aimé Césaire a ensemencé nos esprits, encouragé nos initiatives pour donner du sens à nos vies, a ouvert tous nos possibles.

Nous comprenons mieux son sacrifice mais aussi celui de beaucoup d'auteurs, créateurs qui se consacrent - directement ou pas - à l'éveil des consciences. Comme le rappelle son compagnon de toujours, Pierre Aliker, "nous avons toujours défendu l'intérêt du plus grand nombre et non pas l'intérêt privé".

Eïa pour Césaire, eïa pour les créateurs, et aussi, bien sûr, pour mieux le citer :

(...) Eia pour ceux qui n'ont jamais rien inventé pour ceux qui n'ont jamais rien exploré pour ceux qui n'ont jamais rien dompté

Eia pour la joie
Eia pour l'amour
Eia pour la douleur aux pis de larmes réincarnées... (...)

Nous voilà tous avec des envies de poésie, des envies d'essentiel.

Daniel Maximin, Suzy Cinga, Rudy Silaire, Jacques Martial, Aliou Cissé et un sixième comédien ont conclu ainsi leur hommage:

Avance,
que ton fil ne se noue
Que ta voix ne s'éraille
Que ne se confine tes voix
avance
avance
avance
avance
avance
avance
Paroles ... dues

Karole Gizolme



Partager