Adhérents
devenez adhérent
Recherche

GARR

12/03/2008

Des femmes haïtiennes et dominicaines ont marché ensemble pour réclamer de meilleures conditions de vie sur l’île Quisqueya


Environ 1500 Haïtiennes et Dominicaines ont marché, le 8 mars 2008, dans la ville frontalière de Belladère, voisine de la province dominicaine d’Elias Pina pour réclamer une meilleure prise en compte de leurs droits socio-économiques et culturels. Cette marche qui a débuté à 9 heures du matin à l’entrée d’Haïti, a traversé toute la ville pour aboutir au site de la foire binationale qui se tient à Belladère depuis le début du mois de mars.



Sur tout le parcours, les femmes entonnaient des chants exprimant leur volonté de combattre la violence et l’exclusion dont elles sont l’objet dans la société. Elles exhibaient une banderole et des pancartes écrites en Créole et en Espagnol où l’on pouvait lire des slogans comme : « Femmes dominicaines et haïtiennes, main dans la main pour un mieux être sur l’île » ; « Dans la solidarité, les femmes haïtiennes et dominicaines combattront la misère» ; ou encore, « La violence est un blocage à la libération des femmes ».



Dans leur message de circonstance, délivré en Créole et en Espagnol depuis l’estrade officielle de la foire binationale, les femmes ont encore insisté sur le non respect de leurs principaux droits ainsi que la violence et la discrimination dont elles sont victimes, surtout quand elles se retrouvent à la frontière haïtiano-dominicaine. Elles ont appelé tout un chacun, en Haïti et en République Dominicaine, à prendre conscience des actes de violences perpétrés à l’encontre des femmes de l’île.



D’autre part, les femmes haïtiennes et dominicaines présentes à Belladère ont formulé diverses recommandations et propositions : elles réclament des autorités judiciaires le respect des conventions internationales, l’application des lois sans discrimination de sexe ainsi que l’accomplissement par les autorités policières de leur tache de protection et de service en permanence, sans aucune discrimination de sexe.



Elles exigent également des autorités sanitaires la mise en place à la frontière de centres de santé bien équipés en matériels et médicaments avec des services spécialisés pour l’accueil des femmes victimes de violences, les femmes enceintes ou celles nécessitant d’autres types de soins. Elles ont réclamé l’intervention du Ministère à la Condition Féminine et aux Droits de la Femme auprès des autres ministères pour le respect des droits des femmes et fillettes.



En outre, les organisations de femmes de l’île ont été invitées à se solidariser davantage et à renforcer leurs structures organisationnelles.



Des plaques d’honneur ont été remises à des représentantes d’organisations haïtiennes et dominicaines pour leur contribution à la lutte en faveur du respect des droits de la femme sur l’île Quisqueya.



Cette marche binationale a été clôturée par une messe et des discours de circonstances prononcés par plusieurs personnalités dont l’ambassadeur dominicain accrédité en Haïti, Dr. Jose Serulle Ramia ; la Cheffe adjointe de la Coopération Canadienne (ACDI), Mme. Nathalie Patelande et le coordonnateur de la Caritas Nationale, Rév. Serge Chadic.



Les participantes et participants à cette activité, qui résulte d’une concertation entre le GARR, le Comité de Droits Humains de Belladère, le Sant Pon Ayiti, les organisations de femmes de Belladère, la Caritas des Diocèses de Hinche et celle de San Juan de la Maguana, la Coopérative de production et de service « Union Intégrale » et d’autres acteurs et actrices de l’île, en ont profité pour visiter les stands d’exposition de la foire binational.


Partager