Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Article de Cindy Drogue

21/11/2007


Haiti/ Enfance: Conférence-Débat sur la situation des enfants en institutions et sur l'adoption internationale.

En l'honneur de la journée mondiale de l'enfance, une conférence-débat sur la situation des enfants en institutions et sur l’adoption internationale en Haïti a été organisée le mardi 20 novembre à la Faculté des Sciences Humaines. Elle était organisée par l'UNICEF, Save the Childen et l'Institut du Bien Etre Social et de Recherche (IBESR).

« En Haïti, il existe officiellement 63 crèches et 61 orphelinats mais on évalue à plus de 500 le nombres d'institutions accueillant des enfants » a déclaré Marie-Josée Audet, consultante à l'UNICEF. « 50 000 enfants haïtiens vivraient en institutions et 75-80% d'entre eux ne sauraient pas orphelins » a t-elle ajouté.
De manière fréquente les enfants sont confiés aux pouponnières par leur famille qui pensent les laisser temporairement, en attendant des jours meilleurs. Mais certains intermédiaires peu scrupuleux profiteraient de l'illettrisme de la plupart des parents biologiques pour leur faire signer une décharge stipulant que l'enfant est éligible à l'adoption internationale, d'après Marie-Josée Audet.
Dans ce contexte, les animateurs de la conférence ont tous rappelés l'importance de l’avant-projet de loi présenté au début du mois de novembre, qui vise à réformer le processus de l’adoption en Haïti. Le texte, rédigé par des acteurs des droits humains en collaboration avec les autorités, vise notamment à replacer l'Etat au cœur de la procédure et à favoriser un contrôle plus rigoureux des cas d’enfants et de jeunes séparés de leurs familles.

Il semble en effet urgent d'adopter un cadre législatif clair afin de protéger et respecter les droits des enfants en Haiti et de s'assurer de leur épanouissement. Certaines études, notamment celle menées par Marlène Hofstetter et Fernando Freire, révèlent que la majorité des adoptions internationales, faites en Haïti, ne respectent pas les droits élémentaires de l’enfant.

Audet souligne à ce sujet qu'il est « primordial d'étudier toutes les solutions avant de placer un enfant en institution,notamment l'accueil par la famille élargie (tante, grand frère, grande soeur) ». Le placement est toujours vécu comme un traumatisme par l'enfant et souvent les conditions d'une vie digne (nutrition, santé, éducation, affection) dans un orphelinat ou une crèche ne sont pas respectés, notamment en terme affectif. » a t-elle ajouté.
Le texte d'avant projet de loi devrait donc améliorer cette situation. Reste à ce qu'il soit approuvé par le parlement ...

Vous pouvez retrouver l'ensemble des articles écrits par Cindy Drogue chez Alterpresse sur l' espace volontaire du site de l'association Echanges & Partenariat

Echanges & Partenariats promeut les partenariats et les échanges entre les sociétés civiles ; développe et renforce les partenariats entre associations sur des questions de solidarité internationale ; propose de nouvelles formes d’engagement à des individus impliqués ou désirant s’impliquer dans des projets de solidarité internationale.




Partager