Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Apwolim

13/02/2007

Dans le cadre de la campagne "Solidaire des éleveurs haïtiens", le Collectif Haïti travaille avec Veterimed et l'Apwolim.


L'Apwolim
(Association des producteurs de lait de Limonade) a fait une lettre ouverte au Directeur Général de la DGI (direction Générale des Impots), suite à son refus de les recevoir au sujet du conflit pour la reconnaissance de l'occupation légale des terres de l'ancienne habitation de Madras.

Voir aussi les articles de la presse haïtienne.

Lettre ouverte à : Jean Frantz Richard, Directeur Général de la DGI (versio en créole ci dessous)

Ecrite par : l'Association des Producteurs de Lait de Limonade, APWOLIM

Après la grande mobilisation faite par Apwolim dans les radios et télévisions du Cap Haïtien comme de Port au Prince sur le dossier des terres de Madras, le 19 janvier 2007, la Direction Générale des Impôts a écrit une lettre, signée par le Directeur Général de la DGI lui-même, Jean Frantz Richard. Dans cette lettre, il a dit à Apwolim qu'il entend la demande des paysans et il nous a invités, les dirigeants d'Aprolim, à une réunion qui devait se faire à la direction générale à Port au Prince. Comme nous-mêmes, les dirigeants d'Apwolim nous sortons de loin, dans cette même lettre, le Directeur Général nous demandait de choisir la date qui serait bonne pour nous. Voilà ce qu'il a écrit : « …à une date laissée à votre convenance, compte tenu de la distance et l’éloignement… ». C'est ainsi que nous avons répondu tout de suite au Directeur Général. Le Secrétariat de la direction générale de la DGI a répondu à Apwolim avec un avis de réception dans lequel il fixait la rencontre pour le vendredi 2 février 2007 à 11 heures du matin.

Quand la délégation d'Apwolim, venant de Limonade, département du Nord, est arrivée à la DGI, le Directeur Général, Jean Frantz Richard, a refusé de la recevoir, sans même présenter des excuses.

Monsieur le Directeur Général nous vous disons, si vous n'êtiez pas prêt à nous recevoir, vous deviez nous prévenir avant que nous nous déplacions. Ce n'est pas ainsi qu'on traite les gens. C'est vrai que les gens de la ville et les fonctionnaires de l'Etat ont toujours l'habitude d'humilier les paysans qui viennent de la campagne, mais nous ne pensions pas trouver cette humiliation de la part d'un Directeur Général de la DGI.

Dans quel pays se fait-il que des citoyens, qui font un travail sérieux, qui ont besoin de payer l'Etat et que le directeur d'une Institution d'Etat responsable de toucher l'argent, ne veut pas recevoir l'argent ?

A qui cherchez-vous des comptes ? Est-ce que c'est aux paysans ? Est-ce que c'est au gouvernement ? Pour quelles raisons tout ces dilatoires ?

Aujourd'hui, voilà la position d'APWOLIM :

Le dossier des terres de Madras est clair comme de l'eau de roche. Tous les bénéficiaires ont déjà signé le contrat avec l'INARA (Institut National de la Réforme Agraire). Ce dossier est entre les mains de la DGI depuis plus d'un an. Vous avez tous les plans des arpentages des terres faits par l'INARA, vous avez toutes les listes de bénéficiaires, vous avez les emplacements de chaque parcelle et de leur superficie.

Monsieur le Directeur Général, nous n'avons pas besoin de prendre une autre déception dans votre bureau. Vous n'avez pas besoin de nous inviter encore, la seule chose que nous attendons de vous, ce sont les bordereaux pour que nous allions payer l'Etat, comme la loi le demande.


Signataires pour Apwolim :

Fritz Joseph, Coordonateur Milien Israël, Secrétaire

St Fleur Josiane, Trésorière

Fonde nan dat 16 mas 2002
Wout Nasyonal, Tozen, Limonad Tel : 767-5115/ 222-93601/ 771-6949

Lèt tou louvri pou : Jean Frantz Richard, Direktè Jeneral DGI

Soti bò kote : Asosyasyon Pwodiktè Lèt Limonad, APWOLIM


Apre gran mobilizasyon Apwolim te fè nan radyo ak nan televizyon Okap tankou Pòtoprens sou dosye tè Madras, nan dat 19 janvye 2007, DGI te ekri Apwolim yon lèt, Jean Frantz Richard, Direktè Jeneral DGI, li menm te siyen. Nan lèt sa a, Direktè Jeneral la te di Apwolim li tande demand peyizan yo e li te envite nou, dirijan Apwolim yo, nan yon reyinyon ki te pou fèt nan direksyon jeneral Pòtoprens. Kòm se nou menm dirijan Apwolim yo k ap soti lwen, nan menm lèt la Direktè Jeneral la te mande, se nou ki pou chwazi yon dat k ap bon pou nou. Men sa li te ekri : « …à une date laissée à votre convenance, compte tenu de la distance et l’éloignement… » Konsa nou menm dirijan Apwollim yo, nou fè yon repons tou suit voye bay Direktè Jeneral la. Sekretarya Direksyon jeneral DGI bay Apwolim yon avi resepsyon pou repons li a, kote rankont sa te fikse pou vandredi 2 fevriye 2007 a 11 zè nan maten.

Lè delegasyon Apwolim ki soti depi Limonad, depatman Nò, rive nan DGI, Direktè Jeneral la, Jean Frantz Richard, refize resevwa nou, san menm li pa fè yon eskiz.

Mesye Direktè Jeneral, nou di konsa, si ou pat pare pou resevwa nou, ou te dwe voye di nou sa anvan nou deplase, Se pa konsa yo trete moun. Se vre nèg lavil ak fonksyonè Leta toujou abitye imilye abitan k ap sot andeyò, men nou pat panse nou te ka jwenn kalite imilyasyon sa a nan men Direktè Jeneral DGI .

Nan ki peyi sa fèt kote sitwayen, kap fè travay serye, bezwen peye Leta epi pou Direktè enstitisyon Leta ki responsab pou touche kòb la, pa vle resevwa lajan an?
Ak kiyès w ap chache kont ? Eske se ak peyizan ? Eske se ak gouvènman? Pouki rezon tout dilatwa sa yo ?

Jodi a, men pozisyon APWOLIM:

Dosye tè Madras la klè kou dlo kòk. Tout benefisyè yo gen tan siyen kontra ak INARA. Dosye sa a nan men DGI depi plis pase yon lane. Ou gen tout plan apantaj tè INARA fè yo, ou gen tout lis benefisyè yo, ou gen anplasman chak pasèl ak sipèfisi yo.

Mesye Direktè General, nou pa bezwen pran yon lòt desepsyon ankò nan biwo w. Ou pa bezwen voye envite n ankò, se yon sèl bagay n ap tann nan men w, se bòdro pou n al peye Leta, jan lalwa mande sa.

Moun ki siyen pou Apwolim :
Fritz Joseph, Kòdonatè Milien Israël, Sekretè

St Fleur Josiane, Trezorye



Partager