Adhérents
devenez adhérent
Recherche

La maltraitance des enfants, une plaie pour Haïti, selon le Kosipka

18/04/2018

La maltraitance des enfants, une plaie pour Haïti, selon le Kosipka

La maltraitance des enfants représente une plaie pour Haïti, a estimé le Kolektif sitwayen pou pwomosyon valè Ayiti (Kosipva), à l’occasion de la journée internationale contre l’esclavage des enfants, le 16 avril 2018. Lors d’une matinée éducative réalisée à Port-au-Prince en présence de nombreux élèves du fondamental et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse, le Kosipva invite la société en général et l’État, en particulier, à combattre l’esclavage des enfants en Haïti.

La responsable de documentation du Kosipva, Lisane André, plaide en faveur d’un meilleur encadrement des enfants afin de leur assurer un avenir prometteur. Elle critique le système de domesticité (plus connue en créole sous le nom de « restavèk ») en Haïti, où des enfants vulnérables continuent de vivre dans des conditions difficiles. Elle appelle à sévir contre toute personne impliquée, de loin ou de près, dans le maintien d’un tel système dans le pays.

300 mille enfants en domesticité en Haïti seraient victimes de traite, selon des chiffres avancés par le Comité national contre la traite des personnes, lors d’un atelier organisé à Port-au-Prince le 30 mars 2017. Cette journée internationale, lancée en 1995, a été instituée en mémoire d’un enfant pakistanais Iqbal Masih, tué le 16 avril 1995 à l’âge de 12 ans, par les magnats de l’industrie textile du Pakistan après qu’il eut dénoncé les conditions inhumaines de travail imposées aux enfants.



Partager