Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Immigration jetable : le projet doit être retiré

09/05/2006

Collectif Haïti de France – 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris


LE PROJET DE LOI SUR L’IMMIGRATION DOIT ETRE RETIRE !

Pierre, Steve, Marie-Lourdes, Emelyne et Arnold sont Haïtiens.
Que va-t-il se passer pour eux si cette loi est votée ?



Pierre est en France depuis près de dix ans. Il est sans papiers et espérait être régularisé cette année. Mais avec la nouvelle loi, les préfectures ne seront plus obligées de donner des papiers au bout de 10 ans de présence en France. Elles régulariseront qui elles voudront. Pierre va-t-il devoir passer toute sa vie à éviter les contrôles de police comme s’il était un criminel ?

Steve avait demandé l’asile après le coup d’Etat de 1991. Mais il n’a obtenu que des refus. Il est cependant resté en France. L’année dernière, après bien des démarches, la préfecture a reconnu qu’il avait passé plus de dix ans en France. Elle lui a donné une carte de séjour temporaire, valable un an. Que va-t-il se passer au moment du renouvellement? Il a peur que la préfecture lui dise : « L’année dernière, on vous a donné la carte uniquement à cause de vos 10 ans en France. Mais maintenant vous n’y avez plus droit ».

Marie-Lourdes vient d’arriver en France avec un visa de tourisme. D’ici trois mois, elle comptait épouser François, qui a la nationalité française. Mais avec la nouvelle loi, ils ne pourront pas vivre ensemble tout de suite. Il lui faudra d’abord retourner en Haïti, et demander un visa de long séjour au consulat français. Cela risque de prendre des mois, et elle va y perdre ses dernières économies. Si elle arrive à revenir en France, ce sera encore l’incertitude. Elle devra attendre au moins 3 ans avant d’avoir une carte de résident de 10 ans. Pour la nationalité française, ce sera encore plus long.

Emelyne veut rejoindre son mari en France. Il a un travail et essaye de la faire venir depuis plusieurs années. On lui avait d’abord refusé le regroupement familial parce que, dans son logement, les toilettes étaient sur le palier. Il a dû trouver un autre appartement. Mais ce n’est pas la fin des ennuis. A son arrivée en France, Emelyne devra signer un « contrat d'accueil et d'intégration », puis suivre des cours et obtenir un diplôme de Français. Or Emelyne a 60 ans. Elle ne sait ni lire ni écrire, et se demande si elle pourra obtenir un jour ce diplôme. Dans le futur, si la préfecture et le maire estiment qu'elle n'a pas respecté son contrat, elle risque de perdre sa carte de séjour. En plus, Nicolas Sarkozy a déclaré à la Chambre des députés : « Si l’épouse n’est pas intégrée à la société française, le mari se verra retirer ses papiers ! ». Emelyne se demande maintenant s’il n’est pas mieux qu’elle s’installe en France clandestinement.

Arnold est gravement malade. Chaque année, il doit retourner à la préfecture avec des certificats médicaux afin d’avoir le droit de rester en France pour se faire soigner. Avec une carte de séjour d’un an, et avec son état de santé, il n’arrive pas à trouver un travail stable. Pour le logement, c’est très difficile aussi. Il a trouvé une chambre loin de tout. Cela fait des années qu’il galère ainsi, ce qui est mauvais pour sa santé. Etant en situation régulière depuis près de 10 ans, il était sûr d’obtenir bientôt une carte de résident (valable 10 ans). C’est ce que prévoyait la loi jusqu’à présent. Avec la nouvelle loi, c’est l’angoisse pour lui : la préfecture sera libre de lui refuser la carte de résident, notamment parce qu’il n’a pas d’emploi stable et ne touche pas le SMIC. En plus, comme il a besoin d’aide, il voulait faire venir sa mère en France. Mais avec la nouvelle loi, il y a peu de chances qu’elle puisse rester en France de manière légale.


Pierre, Steve, Marie-Lourdes, Emelyne et Arnold ont droit au respect :
ils n’ont pas à être traités d’ « immigration subie »

Pierre, Steve, Marie-Lourdes, Emelyne et Arnold ont le droit de vivre
sans se cacher et sans la peur du lendemain

Avec les 450 associations du Collectif Uni(e)s contre une migration jetable ,

MANIFESTATION NATIONALE SAMEDI 13 MAI – 15 h PLACE DE LA REPUBLIQUE
signez la pétition sur le site www.immigrationjetable.org


Partager