Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Haïti : une solidarité efficace

11/03/2017

 Haïti : une solidatité efficace

Lors de l'ouragan Matthew qui a frappé Haïti, les lecteurs d'Ouest-France ont manifesté leur solidarité.

Lors de l'ouragan qui a frappé Haïti début octobre, les lecteurs d'Ouest-France ont immédiatement manifesté leur solidarité envers les Haïtiens. Près de 769 000 € ont été confiés à l'association Ouest-France Solidarité pour leur venir en aide. Tous ces dons ont été employés pour l'aide d'urgence et pour les petits paysans qui avaient tout perdu : semences, caprins, coqs, poules ont été financés pour leur éviter la famine et l'exode vers les villes, si pauvres et dangereuses.

Nous avons eu le bonheur de recevoir à Ouest-France l'un des bénéficiaires de cette aide, le Père Tilus, vicaire général du diocèse des Cayes, ancien responsable de Caritas pour Haïti. Fils de paysan haïtien, il est aussi ingénieur en développement local. Il a remercié les lecteurs d'Ouest-France : « Votre appui nous a permis de donner une réponse rapide aux gens. » Il a rendu compte de l'usage des dons reçus : 79 256 $, arrivés rapidement grâce aux Pères de Saint-Jacques, de Landivisiau.

D'ici, on peine à concevoir les ravages de l'ouragan, incomparables à ceux de nos pires tempêtes : « Avant, il y avait une appréciable couverture végétale. Des arbres fruitiers, cocotiers etc., venaient compléter la production céréalière. Mais la tempête a saccagé toute l'agriculture. Les gens se sont retrouvés aux abois et sans abri. La plus grande urgence était de les aider à trouver un toit », se souvient le Père Tilus. Autour de sa paroisse de Lagaudray, plus de 700 familles étaient touchées. L'aide des lecteurs d'Ouest-France a permis de recouvrir les maisons endommagées des meilleures tôles. Déjà 100 familles ont retrouvé leur maison. Et le travail se poursuit.

Le Père Tilus a aidé ceux qui en avaient le plus besoin, qu'ils soient catholiques, protestants, vaudouisants. Il a fait en sorte que les gens se prennent en main : « Cette aide et la solidarité ont évité de tuer l'esprit de prise en charge des gens par eux-mêmes. Elles leur ont permis d'être les acteurs de leur propre développement. Il s'agit de les aider à se mettre debout. Et, une fois debout qu'ils marchent », explique le Père Tilus se référant à l'Évangile : « Lève-toi ! Prends ton grabat et marche. »

Chaque jour, des parents viennent frapper à sa porte. Ils demandent nourriture, aide pour payer l'entrée dans les classes d'examens... ! Il répond autant que possible. Mais il sait que l'État, si défaillant en Haïti, est le seul à pouvoir mener les politiques nécessaires pour combattre la misère : aménagement du territoire, éducation...



Partager