Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Trois questions à Michèle Pierre Louis, présidente de la Fokal en Haïti

18/02/2015

Trois questions à Michèle Pierre Louis, présidente de la Fokal en Haïti, cinq ans après le séïsme

Paru sur le site internet du GRET

Cliquez ici pour lire l'article sur le site du GRET


Cinq ans après le séisme qui a touché Haïti le 10 janvier 2010, la fondation Connaissance et liberté (Fokal), organisation haïtienne partenaire du Gret qui mène notamment des actions dans les quartiers précaires de Port au Prince, répond aux questions d’En lien sur la situation en Haïti.


Cinq ans après le séisme, quel bilan peut-on faire de la reconstruction dans les quartiers précaires de Port au Prince ?

Plusieurs projets ont été lancés dans les quartiers précaires de la métropole, qui ont sans doute apporté des améliorations au niveau local, mais les questions structurelles n’ont pas été traitées. Les réseaux d’assainissement en milieu urbain, l’approvisionnement en eau courante, la circulation, la protection de l’environnement ne font pas l’objet d’une politique globale. Or, la ville a continué à s’étendre depuis le tremblement de terre. Les plus démunis se sont installés dans les espaces vulnérables aux aléas et loin des centres d’activités. Les quartiers précaires sont le résultat d’une absence de politique d’aménagement du territoire et particulièrement de la ville. Ils abritent une grande mixité de population, y compris une partie de la classe moyenne qui a peu de solutions de logement. La question urbaine ne peut être réduite à la reconstruction de quartiers précaires. Il faut traiter la question de la ville à l’échelle globale, et cesser de scinder la problématique entre quartiers précaires et quartiers plus formels.


Quels sont les principaux enjeux pour la société civile dans un contexte politique et institutionnel très fragile ?

La société civile a un rôle essentiel dans le contexte actuel, car elle peut être le moteur pour la construction d’un Etat de droit. En qualité d’acteur ayant capacité d’organisation et de mobilisation, elle représente un contre-pouvoir qui peut jouer un rôle de veille, d’observatoire, voire même de proposition par rapport aux politiques publiques. Néanmoins, elle confronte des problèmes importants aujourd’hui. Elle a été très sollicitée par les partenaires internationaux après le tremblement de terre, mais ces sources de financement et d’appui technique se sont taries. Cet épisode exceptionnel ne doit pas éclipser la question fondamentale du rôle de la société civile. Elle n’a pas vocation à remplacer l’Etat ni à calquer ses actions sur le fonctionnement des ONG internationales. Elle doit aussi faire face à une évolution générationnelle : il est indispensable qu’elle fasse une place à la jeunesse de ce pays.


Le Gret et la Fokal ont travaillé ensemble sur un projet d’aménagement du quartier précaire de Martissant en particulier. Quel bilan tiez vous de cette collaboration et quelles perspectives d’aménagement dans cette zone?

Cette collaboration a été très fructueuse. Elle a permis de partager les approches et les méthodologies, mais aussi concrètement de bâtir des modèles d’infrastructure dans le quartier en s’appuyant sur une ingénierie sociale qui vise à inscrire les actions dans la durée en sollicitant et en prenant en compte la participation des acteurs locaux. Les projets que FOKAL continue de mener à Martissant s’inspirent beaucoup de ce travail. Nous cherchons à replacer la problématique de l’eau au centre de notre approche, sans perdre de vue que les infrastructures doivent faire l’objet d’une bonne gestion au quotidien, avec la population du quartier et les services de l’Etat. FOKAL va achever, dans les années à venir, le parc public de Martissant. Nous venons d’ouvrir une bibliothèque dans cet espace qui attire des centaines de jeunes et d’enfants. En parallèle, nous poursuivons le travail sur la gestion des déchets, la prévention en santé publique, l’éducation, entre autres. Et nous commençons à mettre en œuvre des projets d’appui aux paysans de la partie rurale du morne qui domine le quartier.



Partager