Adhérents
devenez adhérent
Recherche

Protéger les femmes de demain

26/11/2013

25 novembre : Journée internationale pour l’élimination des violences envers les femmes

Protéger les femmes de demain

En Haïti, comme ailleurs, les femmes et les filles de toute catégorie sociale sont quotidiennement victimes d’agression. Ce fléau social ne bénéficie pas toujours de l’attention qu’il mérite, malgré les actions des défenseures des droits des femmes.
Les cas traités par Kay Fanm pour 2012-2013, dans le Centre d’Accueil et le Centre Revivre de réhabilitation des filles violentées, corroborent encore une fois les observations nationales qui indiquent, de manière constante, que la première forme de violence envers les femmes est constituée par les agressions physiques. En premier lieu on retrouve les bastonnades, qui sont suivies des autres types de sévices corporels souvent très cruels. Les données font aussi ressortir une vulnérabilité accrue des filles.

La situation des fillettes et adolescentes est de plus en plus préoccupante, comme l’atteste des cas emblématiques enregistrés au mois d’octobre 2013 et concernant des écolières de Port-au-Prince.

Kay Fanm tente, à travers ses interventions, de faire comprendre la nécessité d’aborder avec les élèves des deux sexes la question des violences de genre. Sensibiliser et informer sont essentiels pour permettre aux filles de se protéger des violences, de les dénoncer, de trouver l’assistance nécessaire. C’est aussi indispensable pour apprendre aux garçons et aux filles à refuser les relations fondées sur la violence.

Les femmes et les filles haïtiennes ont droit à une vie exempte de violence. Des politiques publiques adéquates doivent être adoptées et mises en oeuvre pour renforcer le travail des organisations qui luttent pour éradiquer la violence de genre et permettre aux femmes de demain que sont les filles de jouir pleinement de leurs droits.

Kay Fanm saisit l’occasion du 25 novembre pour réitérer la demande de promulgation des lois votées par le Parlement, notamment la loi sur la paternité responsable et la filiation et la loi sur le personnel domestique.

Port-au-Prince, le 25 novembre 2013

Pour Kay Fanm Danièle Magloire Yolette Jeanty



Partager